Tour de l'Oisans 2011 : récit de Christophe

Le Tour de l'Oisans, une course magique mais très difficile.

Il y a quelques mois, je ne pensais pas la faire car j'estimais que c'était bien trop costaud pour moi. Mais voilà, les circonstances ont fait que je suis sur la ligne de départ en ce mercredi 27 juillet 2011 pour 180kms et 12000+ annoncés, rien que ça ! Quand on regarde le profil, ça donne le tournis ! (N'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les voir en gros plan..).

toe-profil

 

(pfff, ça envoie du gros !!!)

 

Dans la programmation de ma saison, j'ai finalement maintenu l'Aravis Trail 1 mois plus tôt avec les copains Damien, Christophe D. et Guitoune. Cette épreuve était costaude également avec 110kms et 7000+ sur 2 jours et 3 étapes, mais je l'ai abordé en mode "entrainement" pour mieux l'encaisser et m'en servir comme d'un week-end choc. Ensuite, j'ai pris un peu de repos, j'ai réalisé un petit cycle d'entrainement de 12 jours assez intéressant avec notamment une dernière sortie de 6H pour repérer le Col de la Muzelle et Cote Belle. Les 10 derniers jours avant la course ont été concentré sur le repos pour éviter la même erreur qu'en 2008 à l'UTMB où j'étais arrivé un peu fatigué.

J'arrive aux 2 Alpes le mardi après-midi, il y a une bonne ambiance dans la station, mais c'est surtout grâce aux skieurs et aux VTTistes. Je retire mon dossard, retrouve quelques amis et connaissances, puis assiste au briefing, assez sobre : météo plus clémente que prévue, parcours difficile et technique par endroits, et surtout il faut finir ! Arnaud y tient !!!
Je vais ensuite terminer mes préparatifs : j'opte pour le collant long au lieu du short à cause de la météo fraiche, je choisis aussi la sécurité avec mon sac 11L au lieu d'un choix risqué avec un sac 5L. Ces 2 choix se révéleront très judicieux !

La nuit se passe plutôt bien, même si je me réveille régulièrement et à 6H du mat, pas besoin de réveil pour me sortir du lit ! Oulala, 180kms et surtout 12000+ nous attendent, le stress et la boule au ventre se ressentent, j'ai un peu la nausée et je mange donc très peu. Ca commence mal ! Allez hop, j'enfile ma tenue de gala, je pars retrouver mon ami Patrick Merveilleau qui loge à 100m, puis on file au départ avec les 250 autres valeureux traileurs. Je retrouve Guillaume et toute sa clique, mais aussi Nico. On va se placer dans le sas avec un peu d'appréhension pour moi tout de même.

S5000416

(Vous avez le sourire crispé les gars !)


Section 1 : Les 2 Alpes - Col de Cluy, 12kms et 915+/770-  pour 1H56' (6,2 kms/h), arrêt 2'
Après quelques mots d'Arnaud le patron de la course, le départ est donné et en fait, je suis un peu coincé en fin de peloton. Rien de grave, je trotinne tranquillement avec Nico et Patrick pour traverser la station sur le bas des pistes de ski. Pour l'instant, tout va bien, on a juste fait 1km, le plus facile ;), il y a quelques spectateurs. Très vite, on aborde la première descente et Nico s'envole déjà vers une grosse perf (10ième en 38H30, un grand bravo à lui).

S5000418

(Ca descend facile, pour l'instant) 

 

Les coureurs ne sont pas trop excités en ce début de course et je peux donc descendre à mon rythme, sans forcer. Le chemin est assez agréable, sans difficulté et en sous-bois. Le Fresney en Oisans passé, on attaque la première montée au Col de Cluy, au train, sans se mettre dans le rouge. Très vite, un groupetto se forme. Avec Patrick, on le suit sans se mettre dans le rouge. A la faveur d'un replat à mi-montée, on en profite tout de même pour doubler tout ce petit monde et être plus à notre "rythme". Ca y est, la première averse fait son apparition et on n'hésite pas : on enfile le coupe-vent ! Le col est atteint sous une pluie fine, je refais le plein d'eau (j'étais parti assez léger pour gagner quelques grammes au départ) et je mange 2-3 trucs. Le patron Arnaud est là pour nous encourager, et Arnaud, il parait qu'il n'y aurait pas trop de pluie ;)

S5000419

(Oh le joli barrage !)


Section 2 : Col de Cluy - Besse en Oisans, 12,8kms et 540+/800- pour 1H44' (7,3 kms/h), arrêt 8'
On bascule dans une descente assez facile, un chemin large en fait qui ne dure pas très longtemps, la pluie s'arrête aussi. Sur le faut-plat montant qui suit, on se fait rattraper par Georges Galle, un très bon coureur qui connait le coin. Patrick et lui se connaissent bien et on décide de rester un peu avec lui, ça pourra servir ;). On alterne marche et course dès que possible jusqu'au Col de Sarenne.

S5000421

(Ca monte doucement, et toujours des nuages !!!) 

 

Georges nous annonce alors une descente assez technique, le brouillard est là, on fait donc très attention sur cette portion assez caillouteuse et glissante. Je préfère me mettre un peu en retrait pour ne pas me griller, mais j'arrive à suivre le rythme. On arrive alors au magnifique village de Clavans le Haut, la fin de la descente est plus facile dans la forêt. La petite remontée jusqu'au village de Besse est assez ludique, je suis assez facile.

S5000422TOE-2011 8150

(Allez Patrick, Fifi nous attend au ravito) 

 

Au ravito, on retrouve Gabrielle, Timothée et mes beaux-parents, tout va bien !

TOE-2011 8151(Non non Timothée, le ravito c'est pour papa ;))

 

Section 3 : Besse en Oisans - Les Terrasses, 16,2kms et 990+/770- pour 2H37' (6,2 kms/h), 83ième, arrêt 10'30"
On repart du ravito avec Patrick et Georges. On trotinne légèrement sur 2kms avant d'attaquer le Col Nazié. Georges monte sur un bon rythme, je me cale sur lui, il a de l'expérience l'ancien ! Mine de rien, on commence à doubler quelques concurrents, c'est bon signe.

S5000423

(Un petit village en pierres) 

 

Petit à petit, on rejoint aussi le brouillard, décidément la météo n'est pas si clémente ;) Le "faux" col Nazié passé, la portion jusqu'au Col du Souchet est une "formalité" dans les pas de Georges. Je suis bien, je n'ai pas l'impression d'avoir trop forcé pour l'instant et le plateau d'Emparis s'ouvre à nous désormais ! C'est chouette mais il faut être plus vigilant désormais : le chemin est un véritable champ de boue et les glissades sont nombreuses !!!

S5000424S5000425

(Il fait beau et le chemin est dégagé sur le plateau d'Emparis ;))

 

Patrick chute même à 2 reprise, ce qui réveille sa vieille douleur au genou. Sur la fin du plateau, la pluie commence à tomber. Georges part dans la descente sur le Chazelet, je préfère attendre Patrick et assurer la descente glissante. La pluie se transforme en véritable déluge et on arrive complètement trempé au ravito des Terrasses... le spectre des conditions dantesques de la CCC2010 se profile, Gabrielle fait grise mine mais pour l'instant, je suis encore bien physiquement donc mon moral est au top ! Patrick commence à souffrir par contre suite à ses 2 chutes.

TOE-2011 8154TOE-2011 8155
(Que d'eau, que d'eau !!!)


Section 4 : Les Terrasses - Mônetiers, 27,5kms et 1030+/1330- pour 4H09' (6,6 kms/h), 68ième, arrêt 26'
Le déluge n'a pas cessé et à la sortie du ravito, c'est "surf à Hawai". En effet, la piste de 3-4m de large est une véritable patinoire, on glisse littéralement sur des dizaines de mètres pour arriver à la Grave. J'en profite même pour me faire une belle chute sans gravité sur 5m ;). On traverse la route nationale puis on enquille un petit passage en forêt pour contourner Villar d'Arêne. On a 2-3 hésitations sur le chemin à prendre sur des carrefours, mais pas d'erreur ouf ! La pluie cesse enfin, je suis toujours à l'aise mais Patrick commence à trainer un peu dans les petites relances et dans les descentes. Je me détache un peu puis je l'attends. On est alors rejoint par 2 autres coureurs qui viennent de nous rattraper par une large piste plate. Cette piste sera longue, je trotinne un peu avec les 2 coureurs, Patrick est laché, il ne peut plus courir avec son genou. Juste avant le Pont d'Arsine, on hésite sur le chemin, Patrick en profite pour recoller. Je lui demande si ça le dérange si j'accroche les 2 coureurs, il me dit de filer et je ne le reverrai plus. Il finira en gèrant, un peu déçu et gêné par son genou, en 63H : bravo, ça reste une belle perf Patrick !

S5000426

(A l'attaque du Col d'Arsine !, euh, de l'autre côté bien sur)


Je continue mon chemin avec mes 2 nouveaux compagnons, le chemin est raide mais pas technique. A la faveur d'un replat, je les distance pour doubler à nouveau 3-4 concurrents dont la 4ième féminine qui semble souffrir un peu. La montée au Col d'Arsine se fait sans soucis et je bascule dans la longue descente vers Mônetiers : le bénévole m'annonce 10kms, rien que ça ! Très vite, cette descente apparait technique et caillouteuse, je gère donc mon rythme en alternant course sur les parties faciles et marche sur les parties plus lentes.

S5000428S5000429

(C'est joli la fonte des neiges...) 

 

Je rejoins encore d'autres coureurs dont le premier coureur à avoir fait le tour 20 ans plus tôt, Philippe Delachanal, Monsieur Courir et Découvrir. La fin de la descente est plus cool en forêt avant d'arriver au Casset et ses 3kms de plat jusqu'à Mônetiers. Cette portion a été longue ! Heureusement, un petit groupe de 5-6 coureurs se forme avec notamment Loic et Jeff les potes de Guitoune. On discute un peu, une pluie fine tombe à nouveau et on arrive enfin au gymnase de Mônetiers.
Gabrielle, Timothée et mes beau-parents m'attendent une dernière fois. Ils ne sont pas rassurés par le temps, toujours aussi médiocre ! J'en profite pour me mettre au sec de la tête au pied, pour manger un peu de pates/jambons et un bol de soupe (monumentale erreur !). Puis il est déjà temps de repartir

TOE-2011 8159(Un véritable athlète !!!)


Section 5 : Mônetiers - Vallouise, 21kms et 940+/1250- pour 3H25' (6,1 kms/h), 55ième, arrêt 27'30"
Je repars en compagnie d'un groupe de 6 coureurs. Très vite, on attaque le Col de l'Eychauda par une montée régulière en forêt. 3 coureurs se détachent devant, 3 coureurs sont lachés et moi je me retrouve seul au milieu des 2 groupes ! Toute la montée, j'aurai le groupe de 3 coureurs en visu 3' devant. Impossible de les accrocher... Je me sens bien moyen durant cette montée, c'est en fait la soupe de légumes en brique qui ne passe pas bien et qui me torture un peu le bide. Je ne m'affole pas, je monte à mon rythme en conservant le groupe en point de mire. Le col est finalement vite atteint et la nuit va tomber bientôt. 50m après le col et à l'abri du vent, je remets mon coupe-vent et je sors la frontale pour la nuit même si on y voit encore très bien. Puis j'attaque franchement la descente, après 1-2 hésitations qui me trempent les pieds, zut !!! La descente se passe bien et je reviens tour à tour sur les 3 coureurs. Il faut dire aussi qu'ils vont attendre de ne plus rien voir pour sortir la frontale. Arrivé sur un chemin plus large, je me retourne : il n'y a que 5 frontales qui serpentent la descente du col, c'est très joli, mais ça change de l'UTMB avec ses kyrielles de lumière ;)

(Pas de photo, il fait trop nuit ;))


Le chemin jusqu'à Vallouise est ensuite très facile, quoique un peu longuet et alternant avec la route. J'ai de bonnes jambes et j'arrive à relancer assez souvent jusqu'au ravito. Il y a du monde dans la salle ! Je remarque tout de suite Irina Malejonock et Martine Volay. C'est un bon point de repère, je ne suis pas si mal ! Très lucide, je refais le plein de mon sac, mange à nouveau pates et jambon, mais pas de soupe cette fois ;) Le patron Arnaud est là et vient me donner quelques conseils précieux : se mettre au sec, s'habiller léger pour repartir puis mettre les couches au fur et à mesure de la montée, ne pas hésiter à dormir à Pré Chaumette... Un groupe avec Irina à sa tête se prépare à repartir, je me joins à eux pour affronter un gros morceau de la course : le Col de l'Aulp Martin.

Section 6 : Vallouise - Refuge de Pré Chaumette, 26,1kms et 1650+/1000- pour 5H57' (4,4 kms/h), arrêt 56'45"
On entre dans le vif du sujet. Pour le boss Arnaud, la course commence à la Chapelle en Valgaudemar, pour moi, elle commence ici. On repart donc de Vallouise à 4, Irina Malejonock en tête et avec une fluidité incroyable. Le début de la montée est interminable sur la route qui mène à Entre les Aygues. Heureusement, je discute beaucoup avec Irina et le temps (et les kms) passe plus vite. Nos 2 compagnons décrochent souvent, ils font un peu le yo-yo. La route terminée, on attaque franchement le chemin et nous ne reverrons plus nos 2 compagnons. Irina mène un bon train, j'essaie de la suivre, heureusement, elle se freine un peu pour moi ;) Après une longue traversée caillouteuse, on attaque la montée finale. On s'est bien rapproché de 2-3 frontales devant mais je sens mes forces me quitter peu à peu. Je dois donc me résigner à la laisser filer définitivement. J'ai de plus en plus de mal à monter : la fatigue ? l'altitude ? le froid ? je ne sais pas trop ce qu'il m'arrive. Au col, j'aperçois la frontale des bénévoles qui clignote, mais bon, je m'en rapproche très doucement :( Les derniers mètres sont un véritable calvaire et je dois finalement m'arrêter pris de spasmes : je vomis alors tout ce que j'ai dans le bide ! Arh la galère... Heureusement, le col est en fait juste 50m plus loin et les bénévoles sont aux petits soins pour moi et me donnent un anti-vomitif. Pour eux, j'ai du faire une petite intoxication au sucre couplée avec le froid et je pense qu'ils ont tout à fait raison !


Je ne m'attarde pas au col et je file vers le Pas de la Cavale. Les jambes reviennent légèrement, mais le ventre vide, je me sens bien moyen. La descente vers le refuge commence, elle est très caillouteuse et très technique. Je fais super attention car je me sens bien moins vigilant. J'arrive tout de même à doubler 2-3 concurrents, dont Sylvain Bazin qui est dans le flou complet, je ne comprend rien ce qu'il me raconte ! Durant le descente, je me décide pour faire une sieste au refuge : pour reposer mon ventre, éviter un peu de nuit et surtout me reposer et retrouver un peu de vigilance. Je me fixe une limite de 3H de sieste.
Arrivé enfin au refuge, je croise à nouveau Irina et Martine et on m'annonce qu'il n'y a plus de lits disponibles ! Gloups !!! J'arrive à manger quelques chips et je vais m'allonger sur un banc en bois bien dur au fond du refuge. Seulement 40' plus tard je me réveille, frais comme un gardon ! Enfin presque... Disons que je me sens mieux. Il fait maintenant jour, je mange encore un peu de chips et je reprends le chemin de la Chapelle, content d'avoir finalement limité ma pause.

Section 7 : Refuge de Pré Chaumette - la Chapelle en Valgaudemar, 17,1kms et 1220+/1930- pour 5H31 (3,1 kms/h, le footpod a eu quelques soucis je pense), 39ième, arrêt 34'30"
2 coureurs partent juste devant moi mais je ne peux pas les accrocher, je me suis un peu refroidi. Avec le lever du jour et un ciel bleu (enfin), la montée est très agréable sur ces sentiers de montagne. Finalement, je rattrape un des coureurs partis devant moi, Christian Poigny du CMI Tullins, qui s'est arrêté au niveau de Sylvain Bazin toujours à l'agonie. On poursuit la montée tous les 2 et on en profite pour faire connaissance : il connait bien Damien des 3D Trail, ça tombe bien, j'en fais parti ;) Il est venu repérer le Col de la Valette quelques jours plus tôt, il mène donc l'allure comme un chef.

S5000432

(Oouah, c'est chouette ! Christian, lèves la tête) 

 

On se permet même de doubler 3-4 concurrents qui faiblissent un peu. Au col, la vue est superbe : on peut enfin profiter des paysages et du spectacle. On aperçoit le Col du Gouiran en face.

S5000433

(Et oui, on va en face...) 

 

Après une petite descente sans soucis, un passage de névé, la petite remontée à ce col est une formalité derrière Christian ;) Au sommet, même plaisir, même spectacle, on devine le Col de Vallonpierre un peu sur la droite. Là aussi, on redescend un peu avant de s'enquiller le col par un chemin en lacets. Nous avons mis 2H30 depuis le refuge, c'est pas mal et je suis totalement rassuré sur mes sensations après ma sieste. Mais voilà, une longue, très longue descente de près de 20kms et 1700- nous attend. Christian a mal au genou et me laisse filer rattraper Nicolas Miguet. Là aussi, je gère bien la descente, plutôt tranquille pour éviter de me faire mal ou de me griller. Le refuge de Vallonpierre est chouette et on découvre une mer de nuage sur la vallée.

S5000434

(Prêt à plonger sur la Chapelle !) 

 

Je regarde mon road-book, il reste près de 2H avant la Chapelle et je n'ai quasiment plus d'eau. Je tente alors le pari de remplir ma poche à eau dans un ruisseau... Dans cette descente interminable, on fait l'accordéon entre Christian, Nicolas et moi. On se passe, on se double, on se repasse, mais le chemin difficile et la fatigue aidant, on marche plutôt beaucoup. La dernière portion sur la route de quelques kilomètres est interminable et j'en profite pour appeler Gabrielle pour la rassurer et Damien pour lui annoncer mon arrivée.


J'arrive enfin au ravito après plus de 3H de descente, Damien est à fond ! Content de me voir, il me trouve plutôt bien par rapport aux coureurs précédents. Il va m'accompagner sur cette dernière portion difficile de 48kms et 4500+, c'est mon pacer de luxe !!! Je retrouve à ce ravito Martine Volay, mais surtout Pierre-Henri Jouneau, un très bon coureur grenoblois. Ouch, ça veut dire que je suis toujours dans le bon tempo finalement, malgré ma pause de 40' ! Pendant que j'en profite pour me faire soigner mes ampoules sous les 2 pieds (merci à l'humidité) par 2 podologues extra, Damien est aux petits soins pour moi en me refaisant mon sac et en m'apportant de quoi manger et boire. Bonne surprise aussi : l'ami des 3D Trail, Manu Gamain va également m'accompagner sur cette dernière portion, son coureur ayant abandonné assez tôt dans la course. Je me sens toujours aussi bien et je décide donc de lever le camp avec mes 2 compères.

IMGP1968(T'es prêt Damien ? Moi je suis presque à fond...)


Section 8 : La Chapelle en Valgaudemar - le Désert de Valjouffrey, 21,4kms et 1520+/1350- pour 4H55' (4,4 kms/h), arrêt 8'
On débute par une petite portion de route descesdante bien longuette sous un soleil de plomb, ça change mais ça ne durera pas !!! Je me force à courir 2-3 fois, mais bien vite, je me remets à marcher. Il devient difficile de courir même en descente et puis le gain de courir n'est pas si grand. On attaque un gros morceau : le Col de Vaurze. Damien imprime le rythme autour de 500-600m/h je pense. J'ai du jus, ça passe bien et on progresse vite.

S5000438IMGP1972

(Mes pacers de luxe me trainent)

 

J'ai d'autant plus le moral qu'on double Martine Volay, Pierre-Henri Jouneau et 2-3 autres concurrents.

S5000445S5000446

(Ca chauffe sur les sentiers et on double dans tous les sens)

 

On croise aussi Caroline, la femme de Damien, qui redescend après avoir accompagné pendant 2H l'ami Guitoune. Le refuge des Souffles est atteint en 2H justement et le temps devient menaçant : merci Damien pour ta guigne !

S5000440IMGP1977

(On se rapproche du refuge, et du mauvais temps :()

 

Mes pacers sont aux petits soins pour moi : Damien m'ouvre une pate de fruit, Manu m'aide à mettre mon coupe-vent, trop cool la vie de coureur ;) S'en suit une longue traversée, avec des passages particulièrement aérien.

IMGP1979IMGP1981IMGP1982

(Heureusement qu'il fait jour...) 

 

Puis on termine l'ascension dans le brouillard, sous la pluie et avec 2-3 coups de tonnerre. Au col, c'est la tempête !!! Le bénévole passe 2 yeux depuis sa tente pour nous pointer et on ne tarde pas pour se mettre à l'abri dans la descente.

S5000459 IMGP1983

(Merci Damien, ça fait longtemps qu'il n'avait pas plu !)

 

Le début de la descente justement est très très raide... la suite est bien plus difficile que je ne pensais avec beaucoup de cailloux... je suis donc obligé de marcher.

S5000461  IMGP1984

(Tous à l'abri !!!) 

 

La descente est longue mais en arrivant sur le Désert, c'est une bonne surprise car mon beau-père et l'oncle de Gabrielle sont là pour m'encourager, ça fait du bien !

DSCF9794DSCF9798P1070120

(Fin de la descente, on fait semblant de courir pour les photos ;))


En plus, c'est le phénomène Rodio qui tient le ravito. Il ne me donne ma cote provisoire, il me pointe simplement ;) Par contre, il a mangé tout le saucisson !!!

P1070122DSCF9801

(Punaise ! Qui c'est qui a piqué tout le saucisson ???)

 

Section 9 : Le Désert de Valjouffrey - Valsenestre, 11,6kms et 1020+/980- pour 3H02' (3,8 kms/h), arrêt 21'
Après quelques minutes, on reprend le chemin pour affronter Cote Belle, une montée peu technique mais assez raide. Damien m'ouvre toujours le chemin, Manu ferme la marche de notre petit groupe.

DSCF9803

(En route pour Cote Belle,  attention, ça va fumer ;))

 

Je me sens bien et de suite, on prend un rythme assez élevé pour quelques minutes, puis je fais une petite pause.On répète l'opération plusieurs fois, Manu fait un peu le yo-yo, il a un petit passage à vide. On se rapproche bientôt de 2 coureurs, mais finalement on ne parviendra pas à les rejoindre avant le col atteint en 1H44'.

IMGP1987IMGP1989

(C'est toujours aussi chouette, mais bon, on aura encore un orage au sommet !!!)

 

A partir de là, je connais le chemin mais j'ai du mal à courir dans la descente. C'est plus difficile que 2 semaines plus tôt en reco ;) Le chemin est très glissant, on essaie de faire attention, on utilise les batons, on s'accroche où on peut.

IMGP1990

 (Superbe passage dans les shistes, comme d'hab, j'attend mes pacers qui trainent un peu...)

 

On guette aussi mon club de supporters, Rémy et Thierry en fait, qui devraient venir à ma rencontre. Finalement et après avoir à nouveau croisé Irina, il faudra attendre la portion finale d'approche vers le village pour les rejoindre. C'est la liesse entre la corne de brume, les encouragements, même Caroline est encore là ! Ca fait très chaud au coeur d'être tout le Team 3D Trail au complet pour mon aventure... Merci les gars !!! On file tous ensemble au ravito où mon beau-père et l'oncle de Gabrielle sont aussi présents pour me soutenir. Tout ce monde pour moi, c'est cool ;) Je ne veux pas trop trainer car une fois parti, ça voudra obligatoirement dire l'arrivée !

P1070131(Le Team 3D Trail au grand complet !!!)

Section 10 : Valsenestre - Vénosc, 17,7kms et 1370+/1710- pour 5H32' (3,2 kms/h), arrêt 6'30"
Allez, on attaque le fameux col de la Muzelle que j'ai déjà fait à maintes reprises. Après avoir été refait en début d'été, je trouve qu'il a perdu un peu de son charme. Mais bon, éviter cette pente de 41% dans le shiste après 165kms et dans la nuit, c'est un confort appréciable ;) Par contre, pendant la montée, je me sens moyen. 2 coureurs nous doublent aisément. Damien emmène bien sur tout le monde, mais j'ai du mal à suivre, je trouve le chemin plus pentu que prévu :( surement la fatigue... A 5 sur le chemin, on fait un sacré raffut, Thierry étant bien sur et comme à son habitude le plus volubile ;)))) Mes 2 pacers supplémentaires nous accompagnent pendant 2H pour arriver juste au départ du "nouveau chemin". Un grand merci à eux, c'était un grand moment ! Cette portion de 300+ sera très dur pour mes 2 pacers et moi : il fait nuit noir, on ne distingue pas le col, il y a un peu de brouillard. Damien est aussi un peu barbouillé à cause de la soupe bue à Valsenestre. Tiens, ça me rappelle quelqu'un ;) Ouf, le col est enfin passé après 2H30 d'effort et on plonge dans la descente et un épais brouillard. Damien est venu aussi repérer quelques jours plus tôt, il trace tout droit dans le gros névé ! Mais bon, à la sortie du névé, on loupe le cairn et s'en suit une  longue hésitation de 10-15' sur le chemin à suivre. Damien jardine un peu pour trouver le chemin, je n'ai pas trop envie de passer pas la cascade mais plutôt par la droite, Manu sort la carte, la bonne carte voyons Manu ! Le chemin est en fait un peu plus haut sur la gauche, ouf ! Après 1H de descente depuis le col, au refuge de la Muzelle, bis repetita, on jardine un peu, on sort la carte et on file à gauche. Je me retourne : pas une seule frontale à l'horizon. La descente sur Bourg d'Arud est alors interminable !!! Difficile, technique, caillouteuse, piègeuse, c'est un véritable chemin de croix. Le chemin est pénible tout le temps, sans aucun répit. Sur la fin, on se paie quelques glissades. Bourg d'Arud est bien sur désert, on traverse le pont et on remonte sur la route vers la salle polyvalente de Vénosc ou nous attendent 2 bénévoles courageux en pleine nuit. Pour la première fois, je sens que mes jambes durcissent, je force donc mes compères à repartir vite. En plus, il ne reste que la montée finale !

S5000467(Ouf, y'a du saucisson et du coca !)


Section 11 : Vénosc - Les 2 Alpes, 5.2kms et 710+/20- pour 1H27' (3,6 kms/h)
On attaque la montée par la traversée du village de Vénosc, très joli avec ses rues en pierre. Puis c'est au tour du chemin, bien raide. Je suis surpris car je sens que je monte vite, trop vite. Je dis à Damien de calmer le jeu au risque d'exploser. Ca serait bête si près du but. On poursuit donc cette montée raide mais régulière, entrecoupée de quelques pauses. Ca commence à sentir bon, on savoure donc un peu ! On débouche aux 2 Alpes...et on file vers le bas des pistes de ski pour un tour de la station nocturne. Le froid est là, je suis obligé de m'arrêter mettre une polaire. Allez courage, plus que quelques mètres, Manu nous indique la salle d'arrivée. Yes ! Et cerise sur le gateau, Gabrielle est venue m'attendre avec Timothée. Yes Yes Yes ! Je lève les bras au ciel, c'est trop bon !!!!!!

TOE-2011 8167

 (Eh les gars, vous pouvez éteindre vos frontales, on est arrivé ;))


C'est un bonheur immense qui m'envahit, de retrouver ma famille, d'avoir fini cette aventure avec 2 amis, d'avoir réalisé le tour avec de bonnes sensations et beaucoup de plaisir !!!! Pas la peine d'en dire plus, c'est une course à vivre au moins une fois dans sa vie... et je suis allé au bout !
TOE-2011 8173

(Une petite signature pour la postérité...)

 

Bilan :
- 189kms, 12000+ et donc 12000- au compteur en 43H31' (3H20' de pauses cumulées), 540m/h en montée et 800m/h en descente de moyenne
- 29ième sur 164 finishers et 242 coureurs au départ

IMGP1985

(au milieu de nul part...)

 

- 3 paires de chaussures et de chaussettes, 2 collants longs, 3 t-shirts, 2 coupe-vents et 1 polaire utilisés pendant la course
- une course magique et technique avec un parcours magnifique, des passages de fou à certains cols, une météo capricieuse, de superbes rencontres avec d'autres coureurs (Patrick, Georges, Irina, Christian, Nicolas pour les principaux)

Profil-perso(ouah, ça a envoyé du gros...)

 

Remerciements :
- Gabrielle et Timothée pour leur amour et leur soutien de tous les jours
- Mes 2 pacers, Damien et Manu, pour m'avoir accompagné et encouragé pendant les 15 dernières heures de course
- Mes beaux-parents, Caroline, Rémy et Thierry pour leur assistance et leurs encouragements pendant la course
- Ma famille et mes amis qui m'ont soutenu avant, pendant et après la course par un petit mot ou par un petit message
- et surtout Arnaud, l'équipe de SMAG et tous les bénévoles pour nous avoir proposé cette course incroyable !!!

TOE-2011 8175(allez, au dodo !!!) 

Bayart 13/09/2013 16:14

Bonjour, Bravo et super compte-rendu, j'aime beaucoup parce que tu prends le temps de prendre des photos pour le blog (je sais ce que c'est car je tiens aussi un blog). Ce qui serait interessant ce
serait d'avoir une classification de la difficulté des trails. Par exemple, est ce qu'apres avoir fait l'UTMB en 39h, le tour de l'Oisans est envisageable ?

Christophe 13/09/2013 21:29



Merci Dominique,


les photos rappellent de bons souvenirs sur ce genre de course.


Concernant le Tour de l'Oisans, le tour complet ne s'est fait qu'en 2011 pour les 20 ans de l'épreuve. Maintenant c'est par étapes chaque année.


Côté difficulté, le Tour de l'Oisans est un peu plus difficile que l'UTMB car plus long bien sur (notamment les montées) et certains passages sont aussi plus techniques (entre Vallouise et La
Chapelle en Valgaudemar par exemple). Il faut compter entre 35 et 50% de temps en plus.


En terme de difficulté, je viens de faire l'Echappée Belle. Là, c'est le haut du classement, bien loin devant l'UTMB. Il faut aimer les cailloux !


A+ sur les chemins



Damien 14/08/2011 10:58


Un très beau CR qui retrace parfaitement l'aventure que tu as vécu ! Tes rencontres avec les autres coureurs, tes moments difficiles et tes moments au top ! Enfin, pour les moments difficiles, il y
en a eu peu ! Signe que tu es vraiment très performant pour ces épreuves d'ultra endurance. Tu sais gérer à merveille tous les paramètres qui peuvent faire basculer la course !
bravo et quel plaisir d'avoir partagé un bout de route avec toi et Manu ! Un grand souvenir pour moi !


Christophe 14/08/2011 13:27



Merci Damien !


Encore un grand merci pour avoir partagé mon aventure les 15 dernières heures et m'avoir bien boosté ;)


J'espère que tout se passera bien pour toi et que tu prendras autant de plaisir à l'UTMB !!!


A bientôt



alain 11/08/2011 10:39


Hello,

Bravo pour votre course et performance réalisée.On ressent le plaisir, et c'est, à mon sens, le plus important : prendre du plaisir en se surpassant,
Récit simple mais passionnant,
Encore bravo

Sportivement Alain


Christophe 11/08/2011 21:15



Merci Alain,


c'est aussi un bon résumé de la course : simple, passionnante et magnifique !


A bientôt sur les chemins



Manu 10/08/2011 20:08


Quel récit !!!
Ce fut un grand plaisir de t'accompagner un tiers de la course, et c'est encore grand plaisir de te lire ce qui me permet d'y participer sur les 2 autres tiers.
Pour la mémoire, c'est sur que cette course te restera gravée et donnera peut-être d'autre envie...la PTL avec un autre 3d trail. Qui sait ??
Encore bravo Christophe.


Christophe 10/08/2011 21:35



Qui sait ? Il faudra motiver 2 autres 3D Trail pour faire la PTL ;)


Merci à toi Manu pour notre balade et tes photos !


A bientôt sur les chemins grenoblois...



Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog