Trail de Vulcain 2011 : récit croisé du Team 3D (part 1)

Pour une fois que le team est réuni au grand complet sur une même épreuve, nous vous proposons un récit croisé. Il s'effectuera en 2 parties.

 

 

1) Avant course

 

Christophe : Vulcain a été la première course cochée sur mon planning, à nouveau sur l'invitation de Rémy. Ce sera ma seconde participation après 2008. Surtout, ce sera l'occasion du tout premier rassemblement international du team 3D Trail puisque les 4 membres seront réunis sur la même course pour la première fois.

Le vendredi, le voyage vers la lointaine contrée auvergnate sera rendue difficile par de nombreux bouchons. Et oui, on aurait peut-être du prendre la nationale ;).

Le samedi, ce sera détente et balades digestives (surtout pour Damien toujours à la recherche d'un fourré ;)). On ira également suivre Fanny, la femme de Rémy, qui réalisera une belle course sur le Trail de Vénus. Dans la soirée, notre ami nantais Christophe Dieval nous rejoindra : c'est un courageux car c'est le seul à s'aligner sur le parcours de 67kms.

La nuit sera plutôt bonne, mon petit garçon acclamant tout de même et un peu en avance son papa entre 2H15 et 3H du matin.

Dès 6H du matin ce jour du premier trail de l'année, tout le monde est dans les starting-blocks. Tout le monde ? Non, seul un irréductible petit auvergnat, d'habitude plus méthodique, a oublié de se lever. Et oui, il faut aller réveiller à 6H15 notre ami Rémy qui roupille encore profondément !

Le petit-déjeuner avalé, on file à Volvic. Il fait beau, on va éviter les -10° de l'année dernière, ouf ! Après un petit échauffement en tenue de ville (merci les gars de m'avoir prévenu) et le contrôle du matériel obligatoire, on se place tous sur la ligne de départ dans les premiers rangs. Ma stratégie est identique à celle de toutes les courses 2010 : partir assez cool, accélérer petit à petit si les sensations sont là et enfin rattraper Thierry ;).

 

Rémy : Ouverture de la saison trail. Afin de lancer la saison tous ensemble, je propose à mes 3 compères du team 3D de m’accompagner sur mon traditionnel trail d’ouverture, le trail de Vulcain. Nous voici donc tous les 4 réunis pour ce parcours de 37km et 1450m+. Il s’agira de la 10e édition et pour ma part de ma 7e participation. Mon objectif ambitieux sera de confirmer dans le top 10 après avoir fait 8e en 2010. Mais cela s’annonce compliqué car le plateau semble légèrement plus relevé et ma saison hivernale a été gâchée par une blessure qui semble à peine guérie. Il s’agira donc d’un bon test…

 

Damien : Et c’est parti pour la saison de trail ! On commence en beauté avec un trail qui nous a été bien « vendu » par Rémy. Originaire d’Auvergne, il nous parle du « trail Vulcain » dès que l’occasion se présente et là, l’occasion est belle. Tous les 3D sont invités chez les parents de Rémy pour participer à Vulcain. J’embarque avec moi Caro et on se donne Rendez-vous avec Rémy et Christophe pour un co-voiturage bien sympathique. Il faut quand même passer Lyon et ses bouchons du vendredi …On se demande même si Thierry ne va pas arriver en avance en passant par la nationale !

Après quelques heures d’auto, tout le monde se retrouve à la « Marcel house ». Une magnifique bâtisse digne d’une maison d’hôtes ! On commence les hostilités avec un bon apéro. Binouze et verre de vin, cela ne fait pas de mal avant la pasta party.

En Auvergne, niveau organisation, on ne lésine pas sur les moyens ! Samedi, le Trail Venus est déjà un joli succès avec un échauffement coaché par Benjamin BEAUME.  Les Ischios de ces dames ont chauffé. Fanny s’est élancée parmi toutes ces gazelles et s’en sort plutôt bien pour une reprise.  Dans le Gymnase, le petit « village trail »  met tout de suite dans l’ambiance. Il y a quand même plus de 35 km à courir demain…même si ce n’est pas l’objectif de l’année,  il donne le ton pour le reste de la saison. D’autant plus que ma préparation n’a pas été très spécifique. En effet, je sais que je manque de foncier ( une seule sortie de 3 heures dans les cannes…) et j’ai surtout un petit souci à la Hanche.

Au réveil Dimanche, Rémy n’a pas l’air stressé ! Il en a oublié son réveil ! On se prépare avec le soleil levant. Ah !  2011 sera t-elle l’année des courses sous le soleil ? Avant de partir, on a même le temps d’une séance photo et hop, direction Volvic…

Pas chaud quand même le coin. Echauffement rapide, on croise Nicolas Roussel, un traileur Angevin bien sympathique.  On  aperçoit aussi Martin Reyt, inscrit de dernière minute. On finit l’échau entrecoupé de pauses pipi par-çi par-là et hop direction le sas d’entrée. Il était temps car le contrôle se fait attendre et on a juste le temps de se placer sur la ligne. Quelques encouragements à Caro, Christophe, Thierry, Rémy et Christophe Dieval qui part sur le 65.

 

Thierry : L’auvergne, je ne connaissais pas vraiment cette région, nous l’avons souvent traversé en famille pour partir en vacances sur les cotes Ouest de la France. C’est donc avec un grand plaisir que nous avons répondu présent à l’invitation de Rémy. C’était aussi l’occasion annuelle de faire un WE complet 3D !

Nous sommes partis en famille de Claix, pour un trajet de 4 heures (mi autoroutes mi chemins départementaux). 20h, nous y voilà ! Et, le WE démarre par bon repas collectif préparé par notre logisticien cuisinier … Rémy ! Il a un bon talent culinaire.

Le lendemain, une superbe journée de soleil nous attend, et nous profitons tous en famille pour découvrir l’Auvergne et surtout encourager Fanny.

La nuit de samedi, pas de souci, le petit Gabin a bien compris que Papa devait faire une bonne perf le lendemain matin. Il n’a pas une seule fois perdu sa tutute… Merci mon fils !

6h du mat le réveil sonne, et là surprise, je ne suis pas le dernier debout et surtout Rémy n’est pas encore levé ! Il a loupé le réveil !

On déjeune, on déconne, on se charrie (surtout avec Christophe qui envisage de me doubler dans la dernière descente …comme d’hab …).

8H30, nous voilà tous les 6 sur la ligne de départ.

 

Vulcain-2011 7086

Le team 3D-Trail - entouré par Christophe Dieval et Caro 

 

2) Départ -> Col de la Nugère

 

Christophe : 5.. 4.. 3.. 2.. 1.. partez. Je commence donc par traverser tranquillement les rues de Volvic, Damien et Rémy sont déjà bien loin. On longe ensuite les anciennes usines de Volvic sur le sentier large légèrement montant où je distingue de moins en moins Thierry et Christophe Dieval. Les coureurs autour de moi sont déjà bien nerveux et ils sont nombreux à me doubler en effectuant des changements de rythme assez surprenants. Le chemin est pourtant bien régulier et n'est pas du tout technique. Je garde mon rythme pépère et je rattrape la première féminine dans les dernières portions de montée plus raides et plus forestières où tout le monde marche. On traverse le Puy de la Nugère, cratère très joli et encore bien gelé puis je me laisse glisser dans la courte descente. En bas, tout le fan-club du team 3D Trail est là : comme tout bon président, j'en profite pour m'arrêter les saluer et embrasser femme et enfant ;). SANY0035Vulcain-2011 7100

 

Rémy : Le départ est donné et je me place rapidement dans les 20 premiers, afin de ne pas être trop gêné par la suite. J’ai Damien quelques mètres devant moi, mais je préfère ne pas me griller à essayer de l’accrocher. Je trouve rapidement une allure où je suis plutôt à l’aise pour aborder ces 7-8 km de montée. Après 2 km, Nicolas Roussel me dépasse en me disant que cette année, il essayera de ne pas se paumer dans Volvic à l’arrivée… On quitte bientôt le bitume pour un chemin agréable et les positions se stabilisent rapidement. Comme je sais que l’on reprendra ce chemin en sens inverse au retour, je prends quelques repères afin préparer une bonne fin de course.

Plus on se rapproche du sommet du puy, plus la pente s’accentue. Je ne me force pas à courir et alterne course et marche très régulièrement. Peu avant le passage dans le cratère, je me retourne et suis surpris de voir Thierry juste derrière moi (environ 1’00). Sur le haut du puy, je relance bien et dévale la courte descente jusqu’au col où nous encouragent nos femmes et enfants. SANY0032Vulcain-2011 7097 

Damien : PAN ! C’est parti. Forcément, cela part moins vite qu’en cross  ( heureusement !)  et je me retrouve très vite devant avec Martin Reyt et Cyril Cointre. Je suis même tenté de suivre leurs allures mais je reste sage et décélère légèrement pour me placer dans un groupe de 5/6 coureurs derrière les meilleurs.  L’allure est agréable et j’essaie de gérer au mieux cette longue montée à faible pourcentage. Nicolas Roussel me rejoint et c’est le début d’une longue aventure ensemble !  Dans les premières descentes, je n’essaie pas de suivre Nicolas et deux autres coureurs. Je reviens progressivement à leur côté dès que la pente s’accentue. Au col de la NUGERE, alors que je me bats un peu avec une descente rocailleuse. J’entends des encouragements et aperçois les filles venues nous encourager. 43’ à ma montre, Rémy m’avait dit 45’. Je suis donc un peu en avance. Un petit salut rapide et hop, on attaque la montée jusqu’au Puy de la Louchadière.   Vulcain-2011 7096SANY0031

 

Thierry : En ce qui me concerne, je prends la stratégie de faire un départ rapide et maitrisé « tout de même ». Damien et Rémy sont devant, Christophe est à ma hauteur. Après la traversée de Volvic, j’ai Rémy dans en ligne de mire, Damien est déjà bien devant. Je me retourne et Christophe n’est plus derrière. Les sensations sont bonnes, surtout, que je suis un adepte d’une météo clémente.

A ce premier tronçon de la course, je suis dans les 25 premiers. Cela me semble raisonnable et une bonne position. Après, la montée forestière du Puy de la Nugère, j’entends dans la descente notre « fan club » … Allez Papa. Je passe comme une flèche avec un grand sourire. SANY0033Vulcain-2011 7098 

3) Col de la Nugère -> Puy de Louchadière

 

Christophe : Je traverse la route et on poursuit notre longue ascension sur un sentier bien large, alternant marche et course suivant la pente. Un compagnon de route, un triathlète Chartrois, me rejoint et commence à discuter avec moi : on effectuera tout le reste de la course plus ou moins ensemble. Surprise, la neige fait peu à peu son apparition sur le chemin. Les relances sont nombreuses sur ces pistes forestières et elles passent plutôt bien, c'est bon signe. La dernière portion de l'ascension du Puy de Louchadière se fait via un single fort agréable et franchement dans la neige, c'est marrant. J'en profite même pour m'y rouler une fois dedans.

 

Rémy : Je traverse la route en regardant ma montre qui indique 45’00. Ça confirme donc mes bonnes sensations puisque je suis en avance par rapport aux éditions précédentes. Dans la montée suivante, je m’efforce de courir un maximum. On se retrouve à 3 pour aborder la montée au puy de la Louchadière. Celle-ci s’effectue sur un rythme que je trouve assez tranquille, mais je n’ose pas accélérer car je préfère m’économiser pour la suite et en particulier le long plat qui viendra après ce puy. Malgré tout, nous reprenons 2 coureurs dans cette ascension et arrivons au sommet à 5 après 1h20’25 de course.

 

Damien : 

La montée est un peu plus raide mais les jambes répondent bien. Sur les portions très pentues, je marche et je suis impressionné par certains qui arrivent à trottiner sur ces portions. la partie finale arrive vite et la descente commence avec une courte portion technique.

 

Thierry : les sensations sont toujours bonnes, je me dis que c’est vraiment un parcours qui me va bien. Roulant et pas technique ! Je me surprends même à ne pas ressentir la nécessité de marché dans les montées, je trottine et  garde mon rythme tranquille.

 

4) Puy de Louchadière -> Vulcania

 

Christophe : Au sommet, un beau panorama un peu embrumé nous attend. Pas le temps de s'attarder, je plonge dans la descente et je récupère vite 2-3 gars. En effet, la descente est peu technique, elle se fait dans un sous-bois. Certes, les feuilles masquent le relief (pierre ? racine ?), mais finalement il n'y a rien et je déroule bien. Je rejoins donc rapidement le très long chemin plat et tant redouté vers Vulcania... ce n'est pas une portion difficile, mais on peut y laisser filer les minutes si on ne l'aborde pas au mieux. Mon lièvre chartrois, moins à l'aise en descente que moi (c'est surprenant ça ;)), recolle vite et mène un bon train, 12,5-13kms/h. C'est cool, je tiens le rythme derrière lui et Vulcania est atteint en 1H57'30s...

 

Rémy : La descente qui suit est censé m’avantagé un peu, toutefois, je préfère une nouvelle fois ne pas trop attaquer afin d’en garder sous le pied pour les passages roulants. Après avoir franchi le sommet à 5, je me contente de suivre 2 coureurs qui semblent assez à l’aise. Ils se détachent sensiblement mais derrière un gros trou s’est fait. J’arrive sur le long chemin roulant et aperçois Laurent, un ami coureur venu m’encourager. Il m’accompagne quelques centaines de mètres et est semble surpris par mon allure. Il faut dire qu’en discutant, je ne me rends pas compte que j’ai sensiblement accélérer (je suis à 14.5 km/h). Laurent me laisse seul et je rejoins rapidement les 2 coureurs qui m’avaient légèrement distancé dans la descente de la Louchadière. Je maintiens une bonne allure sans avoir l’impression de trop piocher, et j’en profite pour me restaurer avec 1 barre et 1 gel. J’arrive au ravitaillement de Vulcania en 14e position du petit parcours en 1h46’56.

 

Damien : Les écarts commencent à se faire et je ne vois plus Cyril Cointre devant. . Par contre, avec Nico, on fait un bon duo et on se relaie régulièrement. Guillaume Nalin nous rejoins aussi .  Le rythme est assez rapide mais les jambes tournent bien. Je n’ose pourtant pas envoyer en descente. J’ai un peu peur de réveiller ma douleur à la hanche qui me laisse tranquille pour le moment.  Arrive enfin le long plat avant le ravito. J’allonge un peu la foulée pour que cela passe plus vite. Malgré ce bon rythme, on se fait déposer par Arnauld BONNIN du team Technica ( il finira 2ème du grand parcours.)

 

Thierry : la descente, je l’aborde avec sagesse et prudence, ce n’est pas mon point fort, toutefois, je  garde ma position. J’aborde la longue partie plate et champêtre avant le ravito à bonne vitesse. J’ai le moral et les jambes et je me donne comme objectif de rejoindre le coureur devant moi à 500 m.

Chose faite et je fais même l’écart. A 1h51 de course, j’arrive à la séparation et au ravito. Je prends des fruits secs, fait le plein d’un bidon, et je repars sur le petit parcours !

 

 

La suite de ce récit dès demain....

 

 

 

 

Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog