Rencontre avec...Nicolas MARTIN

  • 3D Trail
  • Rencontre

Quelque chose nous dit que ce jeune traileur sympathique va faire parler la poudre cette année sur le circuit. Nicolas Martin est un coureur déjà bien connu en région grenobloise. Il a des victoires remarquées sur le challenge des trails du Sud Isère  et sur une course très technique, la Christolaise. Au plan National, 7ème au trail odlo Faverges en 2009 ( manche du TTN !) et il était dans les 30 cette année aux templiers avant son abandon. Il y a quelques semaine, au Ventoux, il se place parmi les meilleurs ...un coureur à suivre de très près...si on peut bien sûr ! Il sera au départ de l'Ardèchois ce week-end.

 


 

nico-martin.jpg

Nicolas au départ d'un trail du Sud Isère...Au milieu en noir.

 

 

 

Bonjour Nicolas et merci de prendre le temps de répondre aux questions de 3Dtrail. D’abord, peux-tu, en quelques mots te présenter et expliquer comment tu es arrivé dans l’univers du trail ?

 

 24 ans enfin jusqu’au 29 juillet. Je suis magasinier dans une entreprise de quincaillerie de la région grenobloise. J’habite dans le Trièves, joli coin de moyenne montagne du sud Isère. J’ai joué au football pendant 8 ans jusqu’à mes 16 ans. Ensuite, j’ai découvert la course à pied un peu par hasard en accompagnant mon cousin qui faisait de la course d’orientation. Je me suis mis à courir en nature sans jamais intégrer de club. J’ai fait quelques raids d’orientation puis ma première course fut Die-Col du rousset en 2004. Ensuite, j’ai surtout couru des trails courts dans la région jusqu’à l’an dernier. En quelque sorte, je fais partie de la génération qui n’a connu que le trail comme discipline pédestre.J’ai une pratique plus compétitive depuis un an maintenant à travers ma collaboration avec Patrick Bringer.


Quels sont tes profils de trails préférés ?


J’apprécie plutôt les profils techniques et plutôt courts. Comme je n’ai jamais trop travaillé mes qualités de vitesse (jusqu’à récemment), j’ai encore du mal si c’est très roulant malgré tout, je prends, de plus en plus, de plaisir sur les portions où il faut allonger la foulée et je progresse sur les efforts longs.J’apprécie aussi qu’un trail soit l’occasion de découvrir la région où on évolue (points de vue, ruines, villages…). Les parcours « sans âme », ce n’est pas mon truc.Le trail idéal serait composé de beaucoup de singles, de hors pistes ainsi que  quelques portions roulantes pour une durée d’effort de 2h-2h30.

On t’a vu très bien placé au Ventoux  cette année ( 13ème), au contact des meilleurs dans un contexte relevé. C’était un gros objectif de la saison ?


Bien placé, c’est un grand mot mais j’ai fait une course honnête. Ce n’était pas un objectif majeur car j’ai été blessé et j’ai repris seulement début janvier après 2 mois de coupure (blessure). Comme la saison est longue, on a choisi de poser les bases avec Patrick. Au moment de la reprise, on doutait de ma capacité à être revenu à un bon niveau pour le Ventoux. La jeunesse aidant une forme correcte est revenue assez vite. Toutefois, je n’avais quasiment pas fait de sorties spécifiques trail avant le Ventoux. Malgré tout, je veux insister sur le fait que le sport ne tient pas compte des aléas et que seul le résultat compte. Ce jour là, il y a 12 coureurs qui ont franchi la ligne d’arrivée avant moi.


Quel est ton programme pour la suite de la saison ?

L’Ardéchois, le 30 avril.

Le trail de Saint Amant (63), 32 km et 1500 m de D+. Un trail avec un joli plateau cette année (Yoan Meudec, Yann Curien …) et dont, on devrait reparler plus sérieusement l’an prochain

Le Pilat Trail, manche bonus du TTN où j’irai avec l’ambition de me frotter aux meilleurs pour poursuivre mon apprentissage.

Le Marathon du Mont Blanc 

La 6000D, une seconde participation avec de nouveau un plateau de qualité en tant que manche du TTN.

Ensuite, une petite coupure cet été pour recharger les batteries et il sera temps de préparer la course de l’année à savoir les Templiers.


L’Ardéchois est tout proche, quelles sont tes ambitions pour cette course, manche du challenge Salomon ?

 

Il devrait avoir un plateau de qualité sans atteindre la densité du Ventoux donc j’aimerais bien accrocher un top 5. Je continuerai  aussi mon apprentissage qui je l’espère pourra me conduire un jour sur les podiums des courses les plus relevées.

 

plaquette2011.jpg

 


Tu es entraîné par Patrick Bringer dont les qualités de coach sont indéniables. Que t’apporte t-il en plus des plans d’entraînement qu’il te propose ?


Il est clair que Patrick est un très bon entraineur et le seul regret que j’ai sur ce point là, c’est de ne pas habiter la région de Clermont pour produire un travail encore meilleur. Mais au-delà de l’entraineur, Patrick est devenu un ami même si on ne se connait pas depuis très longtemps. Je bénéficie de son expérience et il m’encourage à bosser dur pour me rapprocher du top niveau. Il y a un vrai échange et c’est épanouissant autant pour l’athlète que pour l’entraineur.Il est évident que si je réussis, dans l’avenir, à me rapprocher des meilleurs,  je n’oublierai pas le rôle de Patrick dans ce résultat.


En gros, peux-tu nous dire comment se déroule une semaine type d’entraînement ?

 

C’est variable en fonction des objectifs mais en gros, il y a 6 à 7 séances par semaine. 2 séances de qualité (VMA ou seuil), une séance de PPG, des footings cools et des séances spécifiques trail. Le volume peut être important mais il y a aussi de l’entrainement croisé avec le vélo.


Quels conseils donnerais-tu à un jeune qui débute le trail ?


S’il veut envisager le trail de manière compétitive, je conseillerais de se forger des grosses bases athlétiques (cross, piste…). De manière à bien développer sa VMA durant sa jeunesse. Ensuite, je pense qu’il est intéressant de se consacrer au format court (TTN court par exemple) dans un premier temps. Après pour les formats de course dépassant les 4 h, il faut vraiment se forger musculairement et là, il faut bosser dur et prendre son temps. Enfin, je crois qu’il faut surtout ne jamais oublier la notion de plaisir. Comme dirait le coach, « avec plaisir, dans la rigueur »

 

Merci Nicolas, à très bientôt sur les singles alors !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog