Rencontre avec...le champion de France ! Julien RANCON

  • 3D Trail
  • Rencontre

 

Il nous avait déjà fait l'honneur d'une interview l'an dernier. Pour ce début 2012, il récidive en nous accordant un moment pour nous parler de son nouveau job, de sa saison à venir et aussi sa vision du trail et des challenges. Merci Julien et bonne saison !

 

 

Bonjour Julien ! On te croise en tant que spectateur aux départementaux de l'Isère ? Tu n'as pas pourtant pas l'habitude de chausser les pointes je crois ? 


Effectivement je suis venu en voisin depuis la  Savoie, mais cela fait bien longtemps que je n’ai pas chaussé les pointes, 2005 peut-être ??

C’est une discipline que j’ai souvent eu du mal à apprivoiser et c’est vrai qu’avec la course de montagne et le trail la saison est déjà bien remplie.

Mais il n’est jamais trop tard, d’autant qu’avec l’ACO Firminy nous pourrions avoir une équipe très compétitive !

 

On connait moins le "Julien RANCON"  coach...Peux-tu nous en dire deux mots?


En fait depuis la fin 2011, j’ai changé d’orientation professionnelle.

Après avoir travaillé plus de 5 ans au service des sports de la ville de Firminy, j’ai décidé de me lancer dans un projet plus personnel et en cohérence avec les études que j’ai réalisées jusqu’au Master STAPS « ingénierie de l’entraînement sportif ».

J’ai donc créé une structure de coaching spécialisée en course à pied et préparation physique qui s’appelle R.A.C.E.S : Rancon Accompagnement et Conseils en Entraînement Sportif.

Je propose donc de la planification et du suivi d’entraînement dans tous les domaines de la course à pied ainsi que de la préparation physique tous sports. Ma conception est de proposer du « sur mesure » à chaque athlète en fonction de ses caractéristiques, disponibilités, contraintes, objectifs…et surtout envies.

Vous pouvez retrouver toutes les infos sur mon site internet : http://www.julienrancon-races.fr

logo-races_2-copie-1.jpg

 

Tu coaches des traileurs aussi, ton expérience doit être un plus pour eux ?


C’est clair que le fait de pratiquer encore est un atout essentiel. On a beau tout connaitre de la théorie, il y a des situations que l’on ne peut envisager sans avoir pratiquer. On ne peut s’arrêter tout le temps à des fractions de fréquence cardiaque, des pourcentages de PMA, des quantités de charges… et leur faire dire des choses  qu’elles ne veulent pas dire ; parfois l’instinct, la spontanéité et le ressenti peuvent être tout aussi important.

De sa propre expérience, il en ressort parfois des choses très positives et on en tire souvent de belles leçons dont on peut faire part.

 

Belle aventure alors ! Mais, tu restes toujours compétiteur ?


Vous voulez me mettre à la retraite J ?!

Bien sûr, j’ai toujours travaillé en étant compétiteur. Peu de coureurs arrivent à vivre de la course à pied. C’est simplement mon projet professionnel qui évolue.

 

Tu n'as pas l'habitude de donner un planning annuel "figé" mais, peux-tu nous donner les grandes lignes de ta saison 2012 ?


Il faut d’abord essayer de retrouver une bonne forme suite à mon opération de la fin d’année. De ça découlera un peu le reste de la saison et surtout le début ! En course en montagne, l’objectif principal sera le début de saison avec le championnat de France à Gap fin mai.  En espérant une qualification et une belle réussite aux  Europe début juillet.

La suite de la saison sera orientée trail avec des épreuves importantes à définir.

 

 

33184_big.jpg

 

Pas de TTN long, Pas de TTN court...tu ne te reconnais pas dans ces challenges ?


Je ne dirais pas ça puisque j’ai participé à ces challenges ces 2 dernières années, et je suis content de les avoir remportés. Cependant, ces challenges sont assez contraignants et si on veut bien figurer on doit s’y concentrer pleinement. Pour moi qui joue aussi sur le tableau course en montagne, ça a été difficile à gérer et je n’ai pas envie de remettre ça cette année.

D’autre part, le championnat de France de trail, sous sa forme TTN ou autre, doit encore se perfectionner, car aujourd’hui, dans un sport comme le nôtre, on ne peut pas admettre qu’il soit possible que le vainqueur ne soit pas forcément le meilleur. Pour moi, la meilleure solution serait un championnat sur une course où tout le monde joue le jeu.

 

 

Avec le Skyrunning qui essaie de faire sa place "aussi" dans tout cela...Penses-tu qu'il y a de la place pour tout le monde ? 


Le sky-running n’est qu’un exemple parmi d’autres… et se divise lui-même en sous catégories !! J’ai d’ailleurs écrit un petit article à ce sujet récemment sur mon blog : http://julienrancon.sportblog.fr/986259/Petite-reflexion-sur-la-course-nature/

Il est évident que la multiplication des courses permet à chacun de trouver facilement la course qui lui plait et ça permet de démocratiser notre sport. Par contre du côté sportif, c’est vraiment dommageable, avec la multiplication des différents challenges, il y a un nombre incalculable de champions dont le niveau est complètement disparate. Finalement tout le monde s’y mélange et peu de gens reconnaissent les choses à leur juste valeur, sans s’arrêter à la valeur « médiatique » (presse ou personnelle). Aujourd’hui il y a tellement de courses qu’il est facile de briller d’un côté ou de l’autre et finalement la France est remplie de champions !

 

 

Quelles sont les solutions d'après toi à ce grand " bric à brac" ?


Je ne sais pas s’il y a une seule et unique solution mais il me parait important  que tous les acteurs se regroupent et mettent au point quelque chose de cohérent, en dehors de tout intérêt commercial, promotionnel ou personnel.

Trop souvent, les intérêts économiques et « personnels » prennent le dessus, au détriment de l’intérêt général. Un peu d’indépendance ne ferait pas de mal.

Il faut que le côté « sportif » soit reconsidéré.

 

 

Pour 2012,  vois-tu de nouveaux talents  capables de rivaliser au niveau international ?


C’est assez difficile à dire, bien sûr qu’il y a des coureurs qui ont d’énormes potentiels. Mais une fois de plus mon avis c’est que les jeunes vont beaucoup trop tôt sur du « long » (<25km). Ils oublient souvent de développer les qualités qui font les champions de demain et je pense qu’ils vont parfois plafonner dans leur progression et finalement ne pas forcément atteindre le maximum de leur potentiel..

Il faut être patient, pour moi le champion de trail de demain ne fait pas encore du trail, il développe ses gammes sur piste, cross, route ou course en montagne.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Scitec Nutrition 31/01/2012 17:48

Bravo Julien Rancon, belle performance

Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog