Rémy : Trail des Hospitaliers 2011

 

Contexte :  Suite à l’UTMB, le prochain objectif sera la Saintélyon. Dans le cadre de ma préparation, je voulais une course relativement longue (environ 50 / 60km) et vallonné proposant quelques passages assez roulants pour faire un petit point sur mon niveau  post-UTMB. Le calendrier est plutôt pauvre en cette période de l’année et j’ai donc opté pour ce trail des Hospitaliers. Une distance un peu longue par rapport à mes souhaits, mais le fait de recourir sur les sentiers de Nant (ancien parcours des Templiers) a fini de me convaincre.

 

 

Objectif : Niveau 3 : objectif restreint. A la base, je n’ai pas d’objectif particulier de place ou de temps. Le principal but étant de me faire plaisir et d’essayer de retrouver de bonnes sensations de course. Mais en regardant un peu la liste des inscrits, je m’aperçois que le niveau peut-être accessible (même si je ne connais pas trop les coureurs du coin). Inconsciemment, j’espère donc réaliser un bon classement et rentrer dans le Top5.

 


Déroulement :

Après une petite semaine de vacances dans la famille en Auvergne, direction l’Aveyron pour un weekend Trail. Une fois arrivé, direction le retrait des dossards puis quelques commerces histoire de rapporter un peu de très bonnes spécialités aveyronnaises…

On observe ensuite les arrivées du parcours de 30km. La bonne ambiance et la convivialité fait plaisir à voir et l’on sent vraiment que c’est l’une des priorités des organisateurs.

 

Le soir, une fois n’est pas coutume, nous dînons dans un petit resto très agréable (Le Petit Nantais). D’ailleurs, je me fais la réflexion que ce doit être la première fois que je mange dans un resto une veille de course ; preuve que je prends cette course avec plus de détachement que d’habitude.

Après mangé, il ne faut pas oublier de changer d’heure et direction la voiture, qui nous servira de lit pour cette courte nuit.

 

3h15, le réveil sonne. Le petit déjeuner est rapide, car l’appétit n’est pas vraiment au rendez-vous… Le repas de la veille ayant été bien copieux. Je me prépare tranquillement et me rends au départ vers 4h30, histoire de me mettre petit à petit dans l’ambiance. Il fait plutôt bon et cela semble présager une journée idéale pour courir et apprécier les merveilleux paysages d’automne.

L’heure du départ approche et je suis parmi les premiers à me placer dans le sas de départ.

 

Avec 10 minutes de retard, le départ est donné par Mr le Maire de Nant et nous voilà parti pour une longue et belle journée.

 

Dès la sortie du parc, un des coureurs partis très vite devant glisse sur une petite flaque de boue et se retrouve au sol. Un autre glisse à côté de moi et je parviens à le retenir de justesse pour lui éviter une belle chute… On se retrouve ensuite vite sur le large bitume et je me place sans difficulté aux avant-postes… enfin pas tout à fait : 2 coureurs ont déjà creusé l’écart. Je reconnais le T-shirt jaune d’Adrien Séguret, annoncé comme le favori suite à sa 2e place de l’an passé. Je ne cherche pas à les rejoindre car je sais que si je me place avec eux, je risque fort de me griller à vouloir rester le plus longtemps possible au contact. Ainsi, je reste au sein d’un « groupe de chasse » composé d’une petite dizaine de coureurs.

 

Le parcours débute par 2 km de bitume plat. L’allure est assez confortable entre 13 et 14 km/h, bien loin de l’allure des Templiers que j’ai disputé ici il y a 2 ans. Nous quittons bientôt l’asphalte pour un petit sentier montant un peu caillouteux. Le groupe devient ensuite progressivement plus étiré mais je ne fais pas vraiment attention aux autres coureurs. Je me contente d’être à une cadence « facile » afin de prendre du plaisir sur l’ensemble du parcours.

Alors que certains coureurs s’échappent un peu devant, j’accompagne un coureur dont l’allure me va bien sur cette portion. Il y a quelques petites relances assez sympas, ce qui permet de varier l’allure d’ascension.

Derrière, le trou commence à se faire progressivement… et le brouillard fait son apparition.

 

Après 7 ou 8 km, je sens que le coureur que j’accompagne ralentit un peu. Ainsi, sans le vouloir, je continue seul. Mais par pour longtemps car devant, 2 coureurs sont à une dizaine de secondes. A la faveur d’une petite bosse, je me retrouve à leur hauteur et l’on commence à discuter un peu. L’un des 2 coureurs semble plus à la peine et nous laisse poursuivre la discussion sans lui…

 

En papotant, j’apprends que nous sommes 3e et 4e, alors que je pensais que nous étions plutôt 6e et 7e. Ah, je commence à me dire qu’avec une gestion correcte, il y a possibilité de jouer le podium…

 

Au fur et à mesure que nous progressons dans les nappes de brouillard, la frontale de ce coureur faiblit peu à peu. Il m’explique qu’il n’a pas pensé à changer les piles… Du coup, nous évoluons ensemble afin qu’il puisse profiter du faisceau de ma Tikka XP. Mais une descente un peu technique et relativement étroite m’oblige à passer devant et je me détache sans vraiment le vouloir. Je poursuis ensuite seul jusqu’au ravitaillement de Sauclières.

 

Au ravito, je m’arrête faire le plein de mes bidons, ce qui permet aux 2 coureurs (qui se sont regroupés) de me dépasser puisqu’ils ne s’arrêtent pas. Je repars et revient sur les 2 coureurs après 1 ou 2km.

 

Le jour commence à se lever et nous restons à 3 jusqu’au passage à St Jean du Bruel. J’ai le plaisir d’y retrouver Alain qui a couru la veille et qui m’encouragera toute la journée.

 

Nous entamons bientôt la montée au St Guiral qui propose environ 800m+. Dès le début de l’ascension, l’un des coureurs nous annonce qu’il pense que nous sommes trop rapide et qu’il vaut mieux ralentir. Il ralentit donc nettement et nous poursuivons à 2.

 

Personnellement, je décide d’alterner marche rapide et petites foulées, contrairement à l’autre coureur qui tente de tout courir. Si bien qu’au début il se détache un peu, mais finalement, je reviens à sa hauteur quelques minutes plus tard. Nous arrivons ainsi ensemble à la Croix des Prisonniers.

 

Au ravitaillement, je décide de ne pas m’arrêter ce qui me permet de prendre un peu d’avance, mais ne souhaitant pas poursuivre trop seul, je ralentis sensiblement pour permettre à mon acolyte de revenir à ma hauteur et nous poursuivons ensemble.

 

Mais durant la suite de l’ascension, j’ai l’impression que le coureur que j’accompagne est un peu plus à la peine que moi et qu’il est sensiblement en sur-régime. Peu avant la fin de la montée, il s’arrête pour une pause pipi et je poursuis seul, mais sans l’attendre se coup-ci. A proximité du sommet je regarde un peu derrière et vois que j’ai déjà une petite avance.

Je passe au sommet et entame la redescente vers Dourbies. Je déroule tranquillement et en profite pour bien me ravitailler. Dans cette descente, je manque un balisage et perds quelques minutes (1 ou 2 max) pour retrouver le bon chemin.

 

A proximité du hameau de La Rouvière, on m’annonce30’ de retard sur le premier et 10’ sur le second. Mais on me dit que ce dernier semble vraiment cuit… je continue en prenant cette info avec un prudence.

 

Voici la petite remontée qui précède la descente sur Dourbies. Comme pour l’ancien parcours des Templiers, cette petite bosse est à gérer car elle peut laisser des traces si on la passe trop vite. D’autant que là, les habituels lacets ont laissé place à un « droit dans l’pentu ». Autant dire que ce passage est un peu raide. Je dois même y mettre les mains par moment. Une fois en haut, je suis surpris de voir que c’est barré par une rubalise sur ma gauche. Du coup, je pars à droite en suivant le chemin relativement large. Mais cela me semble étrange de partir dans cette direction et je suis attentif au balisage. Après moins de 800m sans balisage, je décide de faire demi-tour pour m’assurer de la direction. Une fois arrivé à la rubalise qui bloque le chemin, je comprends mieux. En fait, j’aurai dû arriver sur le chemin de l’autre coté de la rubalise. Et celle-ci est là pour nous empêcher d’aller à droite… Heureusement que je connaissais un peu le parcours…  Voilà encore 4-5 minutes de perdu… mais sans conséquence apparente puisque je ne vois personne derrière. Je poursuis dans la petite descente menant sur Dourbies, lieu du prochain ravitaillement.

 

Voilà bientôt le splendide petit pont annonçant l’arrivée sur Dourbies. J’y aperçois Christian et Martine (de kikourou) qui m’encouragent. Une petite remontée et me voilà dans le village de Dourbies. Fanny et présente pour me ravitailler et après une petite pause dans la salle communale, je la retrouve pour échanger un bidon, poser mes gants et prendre ma visière. Dourbies

 

Alors que je pensais avoir une petite avance « confortable » sur le 4e, je suis surpris d’entendre des applaudissement annonçant son arrivée. Je quitte le village de Dourbies avec un peu plus de doutes qu’à mon arrivée. Le chemin menant à Trèves est différent de celui que je connaissais des Templiers. Il est pour le moment bien plus roulant

 

Dans un virage serré, je jette un coup d’œil derrière et aperçois le 4e à moins de 30’’. Bien que le chemin soit en léger faux-plat, je m’efforce de toujours courir afin de ne pas perdre trop de terrain. D’ailleurs, cela me permet même de reprendre un peu d’avance puisque je ne le vois plus en me retournant dans les grandes lignes droites.

 

Voici une petite remontée un peu plus raide et je retrouve Alain à une traversée de route. Il m’annonce toujours un écart de 12’ sur le second, mais pour le moment, c’est plutôt la 3e place qui me préoccupe. aprestreves

 

La montée n’est pas très longue (150m+) et voici bientôt la redescente en direction de Trèves. Quelques petits passages en single dans des sentiers créés pour l’occasion sont assez piégeux, mais je m’efforce de bien relancer dès que possible.

 

Après être arrivée à proximité de la rivière (la Dourbie), voici 2 ou 3 km roulants pour rejoindre le village de Trèves. J’essaie de courir un maximum et je rejoins relativement rapidement le ravitaillement. P1030913

 

Fanny et Alain sont là. Alain m’annonce 8’ de retard sur le second, mais la route est encore longue. Je surveille surtout derrière moi, car il y a une bonne visibilité en arrivant au ravito. Toujours personne. J’estime donc mon avance à au moins 2 minutes.

 

Après un ravitaillement relativement bref, je repars. Là encore, le chemin est différent de l’ex parcours traditionnel des Templiers. Au lieu de remontée sur le Causse, on longe la Dourbie sur quelques km.

 

Une petite montée et voici un passage en dévers assez technique. Même s’il ne présente quasiment pas de dénivelé, il m’est impossible d’y courir. Je m’efforce donc d’y marcher à un bon rythme, puis je relance dès que le chemin est un peu plus praticable.

 

Me voici bientôt à proximité de St Sulpice où j’aperçois Fanny qui m’encourage et m’informe que j’ai toujours 8’ de retard. En revanche, je n’ai pas d’indication sur l’écart de derrière… StSulpice

  P1030924

Je poursuis et reconnais la suite du parcours. Il s’agit de la montée sur le Causse comme en 2009, avant la mythique descente sur Cantobre. Je sais que cette montée est assez exigeante et je l’aborde prudemment, d’autant que le soleil commence à bien chauffer…

Je sens que je commence à faiblir sensiblement, donc je me limite à tenir un rythme de marche. Les quelques passages de relance me servant de récup. Je me dis qu’avec cette gestion, il y a des chances de conserver ma place sur le podium, d’autant que je sais que la descente qui plongera sur Cantobre me convient plutôt bien.

 

Après une montée bien négociée et régulière, me voilà presque au sommet. A la sortie d’une zone d’arbustes, je suis très surpris de revenir rapidement sur un coureur. Je me dis qu’il doit s’agir d’un coureur qui ne fait pas la course, car celui qui me précédait était à 8 minutes en bas de cette côte… J’arrive à sa hauteur et j’aperçois son dossard ! Je lui demande si tout va bien. Il m’explique qu’il a connu une hypoglycémie, mais que celle-ci semble se terminer. Il me répond qu’il n’a besoin de rien et je poursuis ma route sur le large plateau de ce Causse.

 

Je trottine tant que possible, en me retournant régulièrement et arrive bientôt à la fameuse descente sur Cantobre. Un bénévole me met en garde sur la technicité de ce passage et je plonge dans la pente. J’essaye de faire une bonne descente car je sais que je peux quasiment assurer ma place dans cette portion, même si l’arrivée est encore loin. La fin de la descente et un peu différente de celle que je connaissais. Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est même un peu plus technique. P1030926

Cantobre 

 

Après ce passage, une petite remontée nous mène au ravitaillement situé dans le magnifique village de Cantobre. Fanny est une nouvelle fois présente et m’encourage pour conserver cette 2e place. On m’annonce une quarantaine de minutes de retard sur le 1er (quand même !) et environ 5 minutes d’avance sur le troisième. Cantobre.JPG

photo : Yvan11 

 

Je repars et entame la montée vers le fameux Roc Nantais ! Après un passage dans le « canyon » de Cantobre et le passage sous le pont, la montée s’effectue par le même trajet que lors de l’édition 2009 des Templiers. Une montée plutôt agréable et très jolie. Pas de passage trop raide et un final en faux-plat. Je marche quasiment tout le long de l’ascension, mais sur un rythme bien soutenu. Cela me permet de ne pas trop me fatiguer et de pouvoir relancer sur le plateau bien plus roulant. Là encore je me retourne assez régulièrement car je crains un retour de l’arrière.

 

Une fois arrivée en bout du plateau, voici enfin le Roc Nantais, synonyme d’arrivée imminente. Un dernier coup d’œil derrière et je plonge dans cette descente qui a participé à la renommé de l’épreuve reine du calendrier français.

 

Je me dis qu’en principe, ma 2e place devrait être assuré à présent puisqu’en 3 descentes du Roc Nantais, je ne me suis jamais fait dépassé dans ce passage. Le sol est assez sec et j’essaie d’assurer mes appuis pour éviter une éventuelle chute.

 

Je longe enfin le mur de pierre qui annonce la fin de la descente et rejoins le petit pont de Nant. Alain est présent pour me féliciter et me rassure en me disant que derrière, personne n’est visible.

 

La petite remontée traditionnelle pour rejoindre le centre de Nant est effectué en courant, preuve d’une gestion de l’effort bien maîtrisée (ce qui ne fut pas le cas en 2009…) et j’entre dans le petit parc du village. Après quelques foulées, je franchis la ligne et en termine avec ce superbe parcours. A la clef une belle 2e place. P1030930

 

Je réponds un peu au micro de l’animateur et discute brièvement avec Adrien Séguret, le vainqueur arrivé 39’ plus tôt (quand même !) !!! Je retrouve ensuite Christian et Martine et nous bavardons un peu. Puis, après avoir rejoins Fanny et Alain, j’assiste à l’arrivée du 3e (à 10’). J’apprends ainsi qu’il s’agit de Sébastien Lefèbvre, un coureur Parisien avec un niveau très correct (5e Saintélyon en 2008, 3e Aravis Trail 2011….). Il venait ici pour gagner mais a senti un manque de fraîcheur suite à sa course du vendredi précédent (7e de l’Endurance Trail des Templiers : 110km).

  P1030940

  P1030941

P1030943 

 

Points positifs :

* prendre la 2e place est très encourageant pour la suite. Les podiums sont assez rares, donc autant savourer.

* Très content de ma gestion de course. J'ai fait un départ prudent, ce qui m'a permit de plutôt bien finir.

* Le parcours était vraiment magnifique. En plus la météo était vraiment de la fête et les paysages d'automne ont été sublimés.

* L'ambiance très conviviale grâce à la volonté de toute l'équipe organisatrice. Une course à recommander.

  

Points négatifs :

* Ce qu'il manque à cette épreuve, c'est quelques bons coureurs... le niveau était tout de même assez bas, puisque j'arrive à terminer 2e (le 4e finit à plus d'1h du premier...qui n'est pas non plus une référence). La date trop rapprochée des Templiers semble être une explication. Même si ce n'est pas l'aspect compétition qui soit la priorité de l'organisation, 2 ou 3 très bons coureurs permettraientt probablement une autre considération de l'évènement.

* le podium avait lieu à 18h30... un peu tard pour un dimanche soir lorsqu'il reste 5h de trajet retour...

 

 

P1030947

podium

courbe.JPG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
S
Très bien merci. j'ai mis 10h50 et je fais 3ème V1F. Je me suis régalée. Merci
Répondre
3
<br /> <br /> Bravo ;)<br /> <br /> <br /> <br />
C
Merci pour ce compte rendu. Pour moi, le départ c'est la semaine prochaine. Ce sera une première sur ce genre de course. Votre compte rendu me permet de mieux visualiser la course.Merci.<br /> Sportivement.<br /> Sabrina.
Répondre
R
<br /> <br /> Bonjour Sabrina. J'espère que la curse s'est bien déroulée.<br /> <br /> <br /> Bonne récupération.<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> bravo mon grand, bel perf ;)<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> <br /> Salut Lolo !<br /> <br /> <br /> Merci beaucoup ! Bon retour sur les chemins de trail !<br /> <br /> <br /> A bientôt.<br /> <br /> <br /> Bises à vous 4<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> Bravo Rémy pour cette belle 2éme place et ce beau CR!<br /> Une très bonne gestion de course allié à une récupération post UTMB bien maitrisée font de ce trail des Hospitaliers un très beau tremplin pour réaliser une super SaintéLyon. On y croit plus que<br /> jamais au top 20 ! (voir mieux...!)<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> <br /> Merci Steph,<br /> <br /> <br /> C'est vrai que cette 2e place fut une belle surprise. Place à la Sainté... Pour le classement, on verra bien. Mais c'est vrai qu'un petit Top20 me satisferait bien.<br /> <br /> <br /> Bonne prépa également !<br /> <br /> <br /> A+<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog