Récit du Trail des Cabornis 2010 par Christophe

Première course de l'année 2010 pour moi : le Trail des Cabornis à Chasselay, tout près de Lyon et annoncé à 39kms pour 1800+ environ. Le début d'année a été difficile : très peu de sensations en janvier (pas loin d'être à la rue même), j'ai réalisé tout de même un bon mois de février (280kms environ). Avec Fabien on se motive mutuellement et je décide donc de m'inscrire à cette course pour découvrir tous les chemins à sanglier du coin : une seule colline à parcourir dans tous les sens a priori...

Pas très rassuré sur mon niveau, la stratégie de course sera simple : cool-cool dès le départ (comme d'hab ;)  ) pour tenir le plus longtemps. En effet, depuis les Templiers fin octobre, je n'ai pas réalisé de séances de plus de 2H. La forme semble donc précaire et je suis conscient de manquer d'endurance, voire de vitesse. Je me fixe donc une limite horaire à 5H maximum.

Dimanche matin, après une bonne nuit, je pars récupérer Fabien qui est à moitié endormi... en plus, il a oublié sa montre qui court à sa place... ça promet ! La route est déserte et on arrive de bonne heure au départ de la course pour retirer le dossard, discuter avec les connaissances (dont le fameux Cyrilus du CRRA) et se préparer en toute sérénité. Le temps est maussade : couvert avec une température fraiche, mais pas froide. Mon choix sera tout de même du long en haut et en bas, avec les Quad et Manchons Compressport pour mieux tenir le choc. Je choisis aussi le porte-bidon et ce pour 2 raisons :
1) je n'ai pas touché à ma poche à eau depuis les Templiers donc elle est à moitié moisie
2) vu que j'ai encore mon petit bourrelet hivernal, le porte-bidon tient très bien sur les hanches.
Puis il est temps d'aller se placer sur la ligne de départ avec Fabien.

C'est parti ! Comme sérieusement planifié avec Fabien, on prend un rythme de sénateurs à 11km/h. Comme souvent dans ce genre de courses, ça part (trop) fort de tous les côtés. Il faut dire aussi que le choix du parcours se fait au 13ième kilomètre et que ceux qui vont privilégier le 20kms partent avec nous, mais en plus vite. On prend le temps de papoter un peu puis on attaque les premiers sentiers vers le sommet de la fameuse colline (y'a une boule au sommet et une base militaire). Rapidement, certains marchent, mais je suis à l'aise et continue en petite foulée. Fabien décroche légèrement de temps en temps, mais je ne relance pas et il revient à chaque fois assez facilement.

Après une courte descente avec de rares passages techniques, le premier ravitaillement arrive vite au 10ième km et en 1H tout rond. Je remplis rapidement mes bidons et prends 3-4 Tucs. J'ai même le temps de remplir le camel-bag de Fabien pendant que Monsieur mange de la banane. Puis il faut déjà repartir (arrêt de 1'15") car ça déboule toujours de partout. Après une petite descente ludique en forêt, la séparation se profile : pas d'hésitation, on est bien, on file sur le 40kms ! Je ne le sais pas alors, mais après analyse des classements après la course, je passe à cette bifurcation en 81ième position en 1H18.

Et là, c'est le drame... Rassurez-vous, la forme est toujours là, c'est juste une belle côte bien pentue et assez impressionnante qui nous attend. Pas de soucis, on reste calme, ça glisse un peu et la fin de la côte se fait à la force de mes petits bras en tirant sur une corde, tellement c'est "dré dans le pentu" ! A ce moment-là, le gars la deuxième féminine, une petite suisse fort sympathique, nous a rejoint. Je force Fabien à l'accrocher car je sens que c'est le bon wagon. Le rythme est bon, on avale assez bien les kilomètres suivants avec toujours cet enchainement perpétuel de montées/descentes plutôt courtes, avec un nouveau passage au sommet de la colline avec la "boule". Puis on attaque une descente assez courte pour rejoindre le 2ième ravito au 20ième km en 2H06. Depuis la bifurcation, on n'a rattrapé quasiment personne et c'est assez surprenant !

On repart là-aussi rapidement (arrêt 1'15", pas de banane à ce ravito, Fabien a donc rempli seul son camel-bag), mais décidément Fabien les accumule aujourd'hui et perd son dossard. Après un faux-plat forestier montant, on attaque une bonne côte raide au mileu des anciennes carrières. Je me sens toujours bien et je décide de forcer un peu l'allure. Je lâche Fabien et la petite suisse et commence alors une belle remontée... La pente est plutôt forte, tout le monde marche difficilement, mais je double assez aisément de nombreux coureurs. Au sommet (tiens, pas de "boule" ?!?), je relance tout de suite. Je manque toutefois de lucidité car une racine me fait chuter puis je loupe un croisement. Heureusement, je me rends compte de mon erreur au bout de 200m et fait demi-tour... Le 3ième et dernier ravito arrive au 30ième km en 3H18. J'en profite pour grignoter encore 2-3 places et 2-3 Tucs (arrêt 1'10"). Fabien me dira que finalement, il s'est bien battu sur cette portion puisqu'il me verra repartir du ravito quand il arrivera...

Les sensations sont toujours "globalement" bonnes (y'a quand même déjà 30 bornes dans les jambes...) et je maintiens un bon rythme. Nouvelle petite côte, nouvelle descente (grand classique du trail : un gentil bénévole annonce "c'est fini" alors qu'il reste bien 6-7kms), remontée terrible par des marches dans un petit village, petite descente urbaine tortueuse, puis c'est la dernière grosse montée toujours vers la même colline (et la même "boule ?) : j'aperçois de nombreux coureurs devant moi et j'irai quasiment tous les chercher avant l'arrivée... notamment la première féminine bien fatiguée. Ca y est, on bascule dans la dernière descente, technique et glissante au départ (donc sans prendre de risque) puis très roulante à la fin (donc à fond).

La ligne d'arrivée est déjà là : je termine 42ième en 4H23 et surtout en bonne forme physique. Je suis très content de ma course : vu mon état de forme, la gestion a été parfaite avec une première partie "cool" et une seconde partie "à l'attaque". Pour preuve, je n'ai pas été doublé sur cette portion et j'ai dépassé 39 coureurs !

Fabien arrive très vite, 57ième en 4H30. Lui aussi a réalisé une belle course bien gérée : bravo ! Mon ami Cyril est déjà bien affuté en ce début de saison avec une 24ième place en 4H14. Il m'apprendra aussi qu'il y avait en fait 3 collines sur le parcours avec une "boule" au sommet pour chacune. On n'a finalement pas tourner tant que ça en rond...

Résultats : 216 participants - 205 classés

1ier Fabien Antolinos en 3H25
2ième Sébastien Guichard en 3H26
3ième Aurélien Brun en 3H28
...
24ième Cyril Rabier en 4H14
42ième Moi en 4H23
51ième Aline Coquard en 4H27
57ième Fabien Dejoux en 4H30

Points positifs :
- Une course dynamique et physique, pleine d'enchainements montées/descentes (Suunto m'en donne 13 de plus de 100+) et de relances pour un total de 38,5kms et 2100+ finalement
- Des sensations bonnes et régulières tout le long de la course, c'est rare pour le préciser
- Aucun pépin côté ventre, matériel, ...

Point négatif :
- Une ambiance sur la course un peu tristounette, avec peu de spectateurs, une météo maussade et une arrivée assez morne

Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog