Bilan Trail 2009 : Rémy

Après une année 2008 correcte dans l’ensemble, je débute 2009 avec pas mal d’ambition.

Malheureusement, j’ai encore quelques restes de ma périostite de fin octobre 2008 et mon tibia est encore douloureux au moment de débuter l’année. En plus, avec les mois précédents très allégés, je sais qu’il me faudra un petit moment pour retrouver mon niveau, d’autant que j’ai à présent d’autres responsabilités à honorer. En effet, la naissance de ma fille fin décembre 2008, devrait quelque peu chambouler mes créneaux horaires d’entraînement…

 

Tout débute le 8 février sur les Drayes Blanches, une nouvelle épreuve hivernale à la Chapelle en Vercors. Plusieurs parcours sont proposés et c’est le 11km qui m’attire. Ce format se rapprochant des cross auquel je n’ai pu participer, faute d’avoir suffisamment retrouver des sensations de vitesse. Je motive Christophe et Thierry et c’est donc le team 3D au complet qui se rend au départ de cette course lancée dans des conditions plutôt rudes. Beaucoup de neige et un froid Sibérien rendent la course difficile. Après un bon départ maîtrisé, j’ai bon espoir pour réaliser un bon classement, mais malheureusement, le manque de foncier et de niaque me contraignent à lever le pied et à céder quelques places. Je termine finalement 7ème, ce qui n’est pas si mal. Christophe fera 5 et Thierry 9. Une bonne journée pour les 3D.

 

Le 01 mars, je me rends à mon traditionnel trail de Vulcain (35km). Cette année le parcours est légèrement modifié. Je n’ai pas de réelle ambition, car je sais que je n’ai toujours pas le niveau souhaité en raison d’entraînements bien trop légers (toujours quelques douleurs au tibia). Je pars prudemment et finalement, après un très bon dernier tiers de course, termine à une belle 14e place. Une place identique 2008, mais avec des sensations bien moindres, ça me redonne le moral pour la suite de la saison.

 

Pas trop le temps de récupérer voilà déjà les 10km de Villeurbanne le 15 mars. J’espère pouvoir y améliore mon chrono de l’an dernier mais finalement, cette course sera très difficile pour moi et je n’arriverai pas à tenir le bon rythme très longtemps. Je finis en 37’36, soit plus d’une minute derrière mes espérances.

 

Un mois plus tard (19/04), voici le Trail de la Drôme, qui marquera mon entrée dans le TTN (championnat de France de Trail). Pas mal de collègue du club ont fait le déplacement, dont Christophe avec qui je partage le logement et Damien qui se lance dans le trail cette année. N’ayant toujours pas retrouvé des vraies sensations de course, je pars assez prudemment dans la longue première montée de ce parcours de 46km. Petit à petit, je gagne quelques places en profitant de la baisse de régime des coureurs qui me précèdent. Les crampes polluent un peu ma fin de course, mais dans l’ensemble cette 18e place est plutôt satisfaisante.

 

Je prends ensuite un rythme de compétition pas spécialement conseillé : une course toutes les 2 semaines.

 

Le 01/05 je suis aux 10km de Fontaine. Le peloton est plutôt maigre pour ce type d’épreuve (227 classés) et je fais ma course en compagnie de mes partenaire de club Luc et Sébastien. Cela me permettra de mieux gérer ma course et de me motiver à tenir l’allure sur la fin. Malheureusement je me fais détacher dans le dernier kilo, mais je suis tout de même bien content de mon chrono (36’32) sans préparation adaptée.

 

Le 17 mai, je me rends à quelques km de chez moi aux 6h de St Georges de Commiers. Le but étant de faire une sortie longue de 6h sans avoir à se charger d’un camel. En plus la boucle de 2.5km présente un petit peu de dénivelé. Une épreuve que je trouve plutôt utile en préparation trail, et en plus, une course pour recueillir des fonds contre la maladie.

Je prends un rythme de bon footing que je tiens durant les 3 premières heures. Ensuite, étant premier avec un tour d’avance, je m’autorise un peu de relâchement avec quelques courts passages marchés. Je retrouve Riad (un ancien du club) venu en spectateur et nous effectuons quelques tours ensemble. Je termine ces 6h avec un total de 62.4km (1er).

 

Le 31 mai, direction les Vosges pour une nouvelle manche du TTN, avec le Trail de la Vallée des Lacs de Gérardmer (58km). Le parcours est plutôt roulant et j’ai un peu de mal à rentrer dans ma course. Mais passé la mi-course, je sens que je faiblis moins que d’autres et je gagne quelques places. Avec l’euphorie, je sens de moins en moins de fatigue et me dirige vers une bonne perf. Malheureusement, je manque un balisage et me rallonge le parcours de quelques kilomètres. Et cela me coûte quelques places au classement. Je finis malgré tout 23e sur plus de 400 coureurs.

 

Toujours 2 semaines plus tard, le 13 juin, direction la Haute-Savoie pour le Trail de Faverges (42km et 2700D+). Epreuve comptant là encore pour le TTN. Je suis un peu sceptique sur mon potentiel physique mais après analyse du calendrier, cette épreuve était la plus « rentable » en vue du classement TTN. Malheureusement, mes craintes se réalisent juste avant la mi-course. Je suis pris par de nombreuses crampes. Je poursuis comme je peux en m’étirant  régulièrement. Très doucement, les douleurs passent et je fais une bonne dernière descente et prends la 32e place du classement.

 

Un petit temps d’arrêt au niveau compétition afin de me préparer au mieux pour l’un de mes gros objectifs de la saison : le Tour du Beaufortain (100km). Je sens que la forme est bien présente. Mais à quelques jours du départ, une infection au menton (cause inconnue) m’oblige à renoncer à cette course (gène physique et prise d’antibiotiques).

 

Du coup, une fois l’infection « maîtrisée », je me rabats sur une autre course, histoire d’utiliser cette bonne forme des semaines précédentes. Je me rends donc le 26 juillet au trail du Pic de Bure. Une première édition de 33km et 2000D+.  qui se passe plutôt bien pour moi, même si le format est un peu court et exigent par rapport à ma préparation. Je termine 8e (110 classés).

 

Une semaine de coupure et j’entame ensuite ma préparation pour mon autre objectif annuel : la Grande Course des Templiers.

 

C’est dans cette optique que je me rends le 12/09 au trail du Sancy. Un parcours de 35km et 2300D+ assez conforme aux difficultés à préparer pour l’objectif. Au départ, je ne suis pas au mieux en raison de quelques maux de ventre. Je m’efforce à tenir l’allure en pensant que cela s’estompera, mais cette gène est plus tenace que prévu et je n’arrive pas à me faire violence pour forcer comme il se doit. Je termine 14e sur 286 classés.

 

Le samedi 03 octobre, je participe à la montée de la Bastille (10km), dans le cadre d’un gros weekend d’entraînement. Le but de cette sortie est de réaliser un bon travail de seuil avec un peu de côte. Je n’ai pas d’objectif particulier mais ma 33e place me déçoit. En effet, après une partie roulante probablement négociée trop rapidement, j’ai complètement explosé dans l’ascension finale (280d+).

 

Malheureusement, le lendemain de cette montée de la Bastille, lors d’une sortie mi-longue, je percute une pierre avec mon pied. Mon orteil est très douloureux. Les 2 jours suivants, je maintiens malgré tout mes 2 sorties longues. Ma foulée étant modifié par la douleur, cela me génère une inflammation entre 2 orteils. Je stoppe alors l’entraînement et enchaîne les séances de kiné, osthéo et podologue. 3 jours avant l’objectif, la douleur et toujours présente et j’ignore si je pourrais aller au bout.

 

Nous voici le 25 octobre et le grand rendez-vous annuel est enfin là : les Templiers (72km, 3200D+ et le plus gros niveau français). J’ambitionnais une place dans les 50 premiers, mais les derniers évènements ne me permettent pas d’espérer réaliser mon objectif. Je pars pourtant sur la bonne allure en compagnie de Franck, mais à la mi-course, je commence à sentir les semaines d’inactivité. Les jambes deviennent dures et douloureuses. Je ne baisse pas les bras et limite les dégâts en finissant 86e (1925 arrivants).

 

2 semaines plus tard, alors que ma douleur au pied se fait toujours légèrement sentir, je rechausse les baskets pour courir l’Ekiden de Grenoble en compagnie de quelques camarades d’entraînement : Damien, Thierry, Franck, Mickaël et Christophe. Cette équipe fut montée assez rapidement et nous portons les couleurs de 3D-Trail / Endurance Shop Grenoble. Vu ma forme et les points forts de mes partenaires, je me contente d’un 5km. Tout le monde réalise un bonne performance (même moi…) et nous bouclons ce marathon en relais en 2h35 à la 9e place au scratch et 1er en association. Une très belle journée très conviviale.

 

Je reprends ensuite progressivement l’entraînement en priorisant le travail de vitesse en vue de la saison de cross, avec les départementaux puis les régionaux en point de mire. Dans cette optique, je m’aligne sur le cross de Voiron, le 5 décembre. Je vois rapidement que je ne suis toujours pas à l’aise sur ce format de course. Je n’arrive décidemment pas à trouver la bonne allure et reste légèrement sur la réserve. Je finis 47e sur 150 participants.

 

Ainsi s’achève donc cette année 2009. Un sentiment un peu mitigé m’anime en cette fin de saison. Je suis en effet partagé entre la déception de n’avoir vraiment réussi aucune course et la satisfaction d’avoir progressé physiquement, même si cela n’a pu se vérifier dans les résultats. Au final je retiendrai de cette saison ma 22e place au championnat de France de Trail (plutôt satisfaisant, même si j’aurai pu espérer mieux) et de nombreux bons moments de partage et d'entrainement avec mes partenaires.
L’une de mes plus agréables journées sportives restera cette année l’Ekiden de Grenoble. Pourtant je n’ai couru que 5km sur bitume ; sentiment assez étrange pour un traileur de longue distance…

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
C
<br /> Salut Rémy,<br /> malgré un peu de déception et quelques petits pépins physiques, 2009 reste une très bonne année sur le plan sportif.<br /> 22ième au TTN reste une sacrée performance !<br /> A+<br /> <br /> <br />
Répondre
Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog