Dossier spécial UTMB-CCC-TDS-GRP : les épreuves

  • 3D Trail
  • UTMB

Aujourd'hui, petite présentation des différentes épreuves.


UTMB : la légende, 166kms pour 9400+ (Ultra Trail du Mont Blanc)
Ca part toujours vite dans les rues de Chamonix et sur le sentier large menant aux Houches. La montée au Col de Voza ne présente pas de difficultés mais se fait souvent en sur-régime pour suivre le flot de coureurs. Prenez le temps d'admirer le coucher de soleil sur le Mont-Blanc ! Une grosse ambiance vous attend à Saint-Gervais, avant de commencer la très longue montée au col du Bonhomme, via Les Contamines et le refuge de la Balme, très animés. Le passage au col et la descente aux Chapieux sont un peu techniques avec de la caillasse. On emprunte ensuite la route jusqu'à la ville des Glaciers puis la pente et le froid augmentent jusqu'au Col de la Seigne. La nuit est très noire, on est au mileu de nul part ! La descente qui suit est rapide, on longe (et devine) le lac Combal, grimpe à l'Arête du Mont Favre. Le soleil se lève à peu près à ce moment, c'est magnifique ! On bascule alors dans la longue et peu difficile descente vers Courmayeur où nous attend la base de vie : attention à ne pas trop s'arrêter car la course commence vraiment ici !!!
On rattaque fort avec une grosse montée vers le refuge Bertone. Heureusement, un magnifique sentier en balcon et peu vallonné suit, en passant par le refuge Bonatti et Arnuva le long du Val Ferret. Maintenant, c'est l'heure du tant redouté Grand Col Ferret : une montée longue et surement ensoleillée. La descente qui suit est interminable et dure bien 20kms : attention aux cuisses. On remonte légèrement à Champex, on contourne son très beau lac, petite descente et on attaque alors une des montées les plus techniques : celle de Bovine ! Beaucoup de cailloux, de racines, de "marches", un vrai champ de bataille dont on ne voit jamais le bout. Ouf, la descente est plus simple et on rejoint Trient et sa chaude ambiance. On poursuit par la montée des Tseppes, courte mais particulièrement raide ! La descente jusqu'à Vallorcine ne pose pas de difficultés et si vous avez du jus, relancez de suite jusqu'au col des Montets. Et là, on attaque la dernière difficulté du parcours, mais quelle difficulté ! La montée à la Tête aux Vents et le passage à la Flégère = Bovine puissance 10 : très dur, très raide, technique, caillouteux... Heureusement, la dernière descente pour rejoindre Chamonix se fait dans un état second, tant le plaisir est grand de vaincre cette course et de recevoir la bise et les félicitations de Catherine Poletti !


CCC : la petite soeur, 97kms pour 5600+ (Courmayeur-Champex-Chamonix)
Pour cette course, c'est presque pareil que l'UTMB. Le départ se fait du centre de Courmayeur, on fait le tour de la ville sous les acclamations du public, puis on s'engage très rapidement sur un sentier large, direction le refuge Bertone, via Planpincieux. Le but est d'étirer le peloton de plus de 1500 coureurs et ainsi d'éviter les bouchons ! Après le refuge, on continue juqu'au plus haut point de la course, la Tête de la Tronche à 2584m. Comptez donc 1500+ pour cette première grimpette à froid, avant de redescendre sur le refuge Bonatti. On récupère alors exactement la même fin de parcours que l'UTMB, en étant quand même encore un peu plus frais physiquement.


TDS : la nouvelle, 106kms pour 6700+ (Sur les Traces des Ducs de Savoie)
C'est une nouvelle épreuve donc le parcours sera une surprise pour la grande majorité des coureurs. Les premiers kilomètres jusqu'au col de Voza sont identiques à l'UTMB, donc ça promet d'être roulant et rapide ! Ensuite, on bascule sur Saint-Nicolas de Véroce où la première grosse difficulté de la course nous attend : une grimpette de 1800+ jusqu'au Mont Joly !!! Le parcours sera ensuite très vallonné sur une trentaine de kilomètres, avec 4 petites ascensions entre 300 et 600+ et notamment le passage entre le Col de la Fenêtre et le Col du Bonhomme, emprunté lors du Tour du Beaufortain. On aura le droit alors à une descente de 1500+ jusqu'à Bourg-Saint-Maurice puis à la deuxième grosse difficulté du parcours : l'ascension du Col du Petit Saint Bernard et ses 1400+. Il ne restera alors plus qu'à dérouler sur les 25 derniers kilomètres au profil plutôt descendants, mais entrecoupés de 2 petites remontées de 300+, notamment pour rejoindre l'arrivée à Dolonne.


GRP : l'alternative pyrénéenne ,150kms pour 9000+ (Grand Raid des Pyrénées)
Certes, cette épreuve est un peu plus courte que l'UTMB. Mais elle n'est surement pas plus facile ! Les sentiers sont bien moins roulants, très caillouteux et les ascensions (et les descentes) sont moins nombreuses, mais plus longues, beaucoup plus longues. La course débute ainsi par une côte de 1800+, empruntant une majorité de pistes de ski. On bascule ensuite sur le secteur de Néouvieille pour une bonne descente et une bonne remontée jusqu'au col de Sencours. Sur 15kms, on a alors la seule partie plutôt vallonnée, avant de bien redescendre sur Villelongue. Il reste alors à enchainer et à souffrir sur 3 grosses montées (1900+, 1000+ et 1800+) et 3 grosses descentes (1500-, 1300- et 1400-) : que du lourd ! C'est donc un profil alternant grosse montée/grosse descente, peu propice aux rouleurs.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog