Tour des Glaciers de la Vanoise 2009 Par Thierry

Tour des Glaciers de la Vanoise (TGV) 05 JUILLET 2009

72 kms et 3800m+

J'ai inscrit en début de saison le TGV dans le cadre de la préparation à la CCC. Je n'ai pas d'objectif précis sur cet ultra (objectif 3 ... plaisir et découverte).

Comme vous avez pu le suivre sur notre blog, j'ai eu dix jours avant l'épreuve, une incertitude concernant ma participation. En effet, j'ai ressenti une douleur au niveau de la hanche qui a été diagnostiquée par le médecin comme une tendinite. Je pense plutôt que c'était un problème lié à mon changement de chaussures, c'est à confirmer.

Dans les huit jours qui ont précédé le trail, je n'ai réalisé aucune séance d'entraînement pour laisser reposer ma hanche.  La veille, j'ai effectué une séance-test de 1h15 pour vérifier ma condition physique. Aucune douleur, j'ai donc décidé de quitter Claix à 16h pour me rendre à Pralognan. Toutefois, je n'ai pas une sérénité totale sur la guérison de ma hanche, mon état d'esprit pour résumer est : « Tant que ça tient je continue, dès la moindre douleur j'abandonne pour limiter la casse ».

J'arrive à Pralognan vers 18h, je rejoins la place du village, où Sylvie et Christophe écoutent attentivement le briefing de Philippe Delachanal (association Courir et découvrir) l'organisateur.

Départ à 5h du matin de Pralognan, le réveil fut assez facile, j'ai passé une bonne nuit au camping surtout je me suis couché tôt pour une fois (21h30).





Le premier objectif est la montée jusqu'au refuge du col de la Vanoise (2517m), 7kms et 1100m+.
Lors de cette montée, je croise Caroline Freslon Bette que j'encourage car elle a le potentiel sur ce trail pour finir 1ère féminine (ce qui est confirmé 10h30 ... BRAVO !). Nous traversons le lac des vaches, un site remarquable, à couper le souffle ... c'est pour cela que je fais une petite halte pour prendre une photo. Et au moment où je sors l'appareil photo, je croise Christophe (voir la photo ci-dessous).



Contemplatif de ce paysage,  je suis heureux d'être là et je souhaite bien en profiter au maximum car on ne sait jamais si ma douleur réapparaît.
Nous longeons un lac puis nous redescendons légèrement et traversons un pierrier  de 500 m  de longueur avec des énormes  blocs de rocher. Je ne suis pas à l'aise et je ralentis l'allure pour ne pas risquer une foulure.



Nous traversons une succession de torrents et déroulons vers le refuge de l'Arpont (2309m), 21kms.
A l'occasion de ce ravitaillement et comme tous les autres, je prends mon temps pour bien m'alimenter, me réhydrater, et remplir ma poche d'eau.



Au pointage à ce moment là, je suis classé 32ème ce qui me donne du courage et surtout je ne ressens aucune douleur à la hanche.


Nous descendons légèrement avant d'attaquer une bonne grimpette de 250M+, nous continuons sur un sentier en balcon pour arriver bientôt à mi course (36kms) au refuge de Plan Sec (2310m).

5 minutes après le ravitaillement, je croise Christophe qui fait demi tour. Je m'arrête pour lui parler.

« Qu'est ce qui se passe ? », il me répond « J'ai plus de jus et de plaisir, je retourne à Plan sec ». Je lui propose de continuer avec moi un bout de chemin et de ne pas abandonner tout de suite. Sa décision est prise, il continura jusqu'à Plan Sec. Après la course, il m'a confié que sa décision était peut être trop hâtive.

Nous continuons sur le GR5 vers le nord pour contourner les deux lacs du barrage d'Aussois, Nous remontons sur un replat en direction du col de Barbier où nous dominons les deux lacs. Nous descendons dans la forêt à ce moment là je suis seul pendant presque 20 minutes.



A une bifurcation, je me pose la question si je suis dans la bonne direction, je décide de prendre un peu de temps pour regarder le plan, 3 minutes environ, un coureur me rejoint, et nous prenons la direction du Refuge d'Orgère à 1950 m , 51kms.

Après un ravitaillement bien fruité, nous avons 1000m+ par une bonne montée régulière et une légère descente vers 2400m, avant d'attaquer la partie finale et enneigée du Col de Chavière, 2796m, point culminant du TGV. Cette dernière montée fut difficile mais pas insurmontable. La descente quand à elle fut délicate jusqu'au refuge de Péclet Polset , 5ème et dernier ravitaillement à 2450m au km 60. Au contrôle, je suis classé 58ème. Pendant 6 kms, j'ai descendu à vive allure sur un large chemin jusqu'au refuge du Rox de la Pèche (1911m). Sur les 6 derniers kilomètres de descente, j'ai utilisé mes qualités de rouleur.

Dans la descente sur Pralognan, je sens quelques gouttes tombées et j'aperçois des éclairs au loin.

J'arrive donc seul au centre du village et sur la ligne d'arrivée en 11h18 – 53ème.

Philippe Delachenal au micro me demande si j'ai rempli mon objectif, je lui réponds " Oui, car j'étais bléssé la semaine d'avant, mais je regrette de ne pas avoir franchi la ligne avant les 11 heures...".


 

Mes remerciements :

Jérôme Delorme "le coach"

Mes deux camarades 3DTRAIL pour m'avoir soutenu et convaincu de participer à ce trail

Marine (ma femme) qui était septique concernant ma participation après ma blessure, elle m'a encouragé et soutenu

 

Mes points forts :

Aucune douleur

Une bonne résistance et un bon mental

Une bonne perspective pour la CCC du mois d'août

 

Mes points faibles :

Les descentes trop techniques

Ma poche d'eau (trop difficile à pomper pendant l'effort, essoufflement)

Le manque d'entraînement D+

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
C
Bravo Thierry !<br /> Tu ne fais pas souvent de récits, ils sont pourtant très bons.<br /> Malgré ton manque d'entrainement montagne, tu as réalisé une bonne course. C'est de bonne augure pour la CCC.<br /> Bonnes vacances en Bretagne.
Répondre
Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog