Bloc d'entrainement, récupération

Souvent le coureur à pied pense que pour progresser, il suffit d'enchainer les séances, s'imposer des sorties de plus en plus dures, dépasser la fatigue qui augmente.

C'est FAUX !

Pour progresser, un coureur doit pouvoir courir dans un bon état de fraicheur physique et ne pas finir ses séances épuisées. Il peut y avoir de la fatigue, mais celle-ci doit passer après une nuit ou une journée de repos.

Pour assimiler le travail effectué pendant un gros bloc d'entrainement, la récupération est indispensable. C'est un élément incontournable de l'entrainement et doit être autant considéré que l'effort. Sans récupération, les risques de régression et de blessures augmentent sensiblement.

La récupération est une partie intégrante de l'entrainement, elle doit donc être planifiée. Elle doit se situer entre un cycle d'entrainement et avant un objectif. Le but sera d'y atteindre son pic de forme.
Elle permettra à l'organisme de se reposer, de refaire ses réserves (amoindries par un entrainement régulier), mais aussi de reposer le systême nerveux et de retrouver une fraicheur psychologique en pensant moins à la course à pied.

Mais attention : récupération ne veut pas dire coupure totale. Cette période pourra durer entre 1 et 2 semaines et devra comporter tout de même 2-3 entrainements par semaine (suivant sa charge normale).
Ces entrainements peuvent être de 2 types :
- footing lent entre 30 et 45 minutes de préférence
- séance de VMA courte, du style 8*(30"-30"), à la limite

En conclusion, il ne faut surtout pas négliger les périodes de repos et de récupération, surtout en trail et en ultra-trail où le corps est mis à rude épreuve. La récupération permet à la fois d'assimiler la charge d'entrainement des semaines précédentes et d'affontrer dans les meilleurs conditions (fraicheur musculaire et mentale) la future compétition.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog