TDS 2016 : Un petit historique

  • Christophe
  • UTMB

 

L'UTMB nait en 2003 d'une idée un peu folle : faire le tour du massif du Mont-Blanc en une seule étape. Partant un peu dans l'inconnu, seuls 67 valeureux aventuriers iront au bout de cette première édition de 150kms et 8600+, assez artisanale et  dominée par le légendaire Dawa Sherpa et l'américaine Kristin Moehl chez les femmes.

 

Petit à petit, la course prend de l’ampleur, les coureurs commencent à affluer d’Europe, puis du monde entier. Ils sont mieux préparés, le nombre de finishers augmentent chaque année. Delebarre, Jacquerod, Olmo, Simone Kayser, Karine Herry inscrivent leur nom au palmarès. Une seconde course apparait même en 2006 avec la CCC, la « petite sœur » reprenant la fin du parcours. Corinne Favre y mate toute la concurrence pour cette première édition !

 

L’édition 2008 marque un tournant avec la folie des inscriptions (toutes les places sont parties en 7 minutes…), de gros changement de parcours (la redoutable Tête aux Vents est ajoutée en fin de parcours) et par l’arrivée de « stars ». Un petit jeunot  venu du ski alpinisme révolutionne la course avec une assistance ultra light et signe une victoire avec un superbe chrono : il s’appelle Kilian Jornet et va gagner aussi la course en 2009 et 2011.

 

Après le rush des inscriptions en 2008, l’organisation ajoute une course au tableau dès 2009. La toute nouvelle TDS offre un parcours somptueux et sauvage, plus technique que l’UTMB et la CCC. Elle part de Chamonix et chemine jusqu’à Courmayeur en passant par le Beaufortain. Patrick Bohard s'impose de fort belle manière devant Thomas Saint-Girons et Alun Powell. La brésilienne Fernanda Maciel inscrit la première son nom au palmarès (480 finishers).

 

Oui mais voilà, arriver à Courmayeur, ce n’est pas aussi magique que d’arriver à Chamonix sous les vivas de la foule en délire (sauf si vous arrivez en pleine nuit). La direction de course décide donc de changer le sens du parcours dès 2010, la TDS arrivera désormais à Chamonix comme les autres courses. Oui mais voilà, en 2010, les conditions météos sont catastrophiques. UTMB et TDS sont annulées, puis fusionnées dans une course de reprise sans grande saveur.

 

2011 marque donc la première édition de la TDS nouvelle formule. La course reste encore assez francophone et plus anonyme que les écrasantes UTMB et CCC. Franck Bussière et Jolanda Linschooten s’imposent avec un peu moins de 800 finishers.

 

La course s’émancipe peu à peu, les coureurs cherchant une alternative à l’UTMB et la CCC, mais elle a du mal à faire le plein directement. Les recalés du tirage au sort se reportent sur cette course. La course gagne donc en densité, en nombre. Dawa Sherpa et Agnès Hervé gagnent l’édition 2012 (633 finishers, mais avec des conditions météos compliquées), Arnaud Julia Bonmati et Nathalie Mauclair celle de 2013 (1022 finishers) et Xavier Thévenard (pour la passe de 3 avec UTMB et CCC) et Teresa Nimes Perez l’édition de 2014 (1076 finishers).

 

2015 marque enfin l’essor de la course avec un joli plateau et plus de 1200 finishers. Le parcours est stable avec 119kms et 7200+ environ, avec un côté sauvage et technique qui change de l’UTMB et de la CCC. Pau Bartolo domine ainsi Cyril Cointre et le duo Antoine Guillon/Lionel Trivel. Chez les femmes, Andréa Huser a fait forte impression devant Cristina Bes Ginesta et Juliette Blanchet.

 

La course a enfin trouvé son public, l’édition 2016 est la première édition qui fait le plein aux inscriptions et qui nécessite un tirage au sort !

TDS 2016 : Un petit historique
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog