Christophe : Challenge de la Côte roannaise 2014

2ième rendez-vous trail de l'année : le challenge de la Côte roannaise.

Et oui, cette année, le CRRA innove avec un nouveau challenge. Voilà le programme officiel :

  • 13kms et 500+ en nocturne le samedi soir
  • 30kms et 1500+ le dimanche matin

8 ans après ma dernière participation, je me rends à cette course avec plaisir puisque mon beau-frère et pas mal d'amis coureurs font partis de l'organisation, notamment Lolo Gouby mon favori sur la course. La forme est là avec un mois d'avril solide au niveau de l'entrainement. Ce sera aussi l'occasion d'un bon week-end en famille.

 

Samedi soir : Ça court vite !

Ce n'est pas facile de gérer la journée avec un départ si tardif. J'ai les jambes un peu lourdes et l'échauffement est poussif. Nous sommes une centaine au départ à 20H40, 53 sur le challenge et une bonne cinquantaine en off. Bing, comme prévu, le départ est rapide mais je tiens le rythme et reste bien placé autour de la 12ième place. La route, puis le chemin, sont larges et la pente moyenne. Ca file et la meute ne lâche rien !

Ca file tellement que la photo est floue ;)

Ca file tellement que la photo est floue ;)

Ouf, après 4kms de sprint, le premier single technique dans le pentu et en forêt me permet de marcher un peu et de faire descendre le rythme cardiaque. Je reste au contact d'un petit groupe de 2-3 coureurs. Mais il faut vite relancer au sommet sur les pistes pour ne pas se faire croquer par les coureurs qui poussent derrière. Les positions sont déjà bien figées et on se tire la bourre avec un coureur vétéran : il me dépose sur les parties rapides et roulantes, je le dépasse sur les parties plus lentes et techniques…

 

Le ravito est vite là (7,5kms et 450+ en 43'), je ne m'arrête pas et bascule dans la descente. Il faut dire aussi que je commence à être gêné par la frontale. L'ayant trop serré, je prends un bon mal de tête. Je déroule à une bonne allure avec mon vétéran préféré. Mais rapidement, mon mal de tête se transforme en nausées. Heureusement, les chemins ne sont pas techniques du tout. La fin est plus longue que prévue, 14,5kms au lieu des 13kms annoncés, et je laisse filer les 4 derniers kilomètres, pour m'économiser pour le lendemain bien sûr, mais aussi et surtout car je ne me sens vraiment pas bien.

C'est où qu'on vomit ?

C'est où qu'on vomit ?

6-7 coureurs en profitent pour me laminer dans ces derniers kilomètres et j'en termine finalement et surtout fébrilement en 1H16' (14,5kms et 500+) en 18ième position à 11' de Laurent Gouby.

 

Je n'ai pas trop trainé... Y' compet demain !

Je n'ai pas trop trainé... Y' compet demain !

Dimanche matin : J'enchaine bien !

La nuit a été bonne mais je me sens encore un peu vaseux. Cette fois, le profil de 30kms et 1500+ convient mieux à mon endurance. Ce matin, nous sommes environ 150 au départ. Pas d'échauffement nécessaire aujourd'hui, en plus ça part vraiment cool, mis à part Anthony Gay qui s'envole vers une victoire écrasante.

J'arrive même à discuter avec 2-3 coureurs. Malgré ce départ prudent, je suis très bien placé et les sensations s'améliorent au fil des kilomètres. J'alterne course et marches sur les portions plus soutenues. Au niveau du challenge, je suis plutôt isolé car je ne vois personne autour de moi !

 

Cool cool...Cool cool...

Cool cool...

On reprend en fait les 7 derniers kilomètres de la veille en sens inverse et je les boucle en 42' environ (contre 33' la veille) : c'est pas mal. 3 coureurs me dépassent dans la grosse descente qui suit (moi je gère ;)), j'en redouble 2 dès qu'on réattaque la montée. Une grosse portion de marche se profile, mon rythme est bon tout de même. Le ravito est rapide (11,5kms et 720+ en 1H07'), juste pour remplir mon bidon.

Après une nouvelle montée marchée d'un bon rythme et une courte descente, c'est le drame. En effet, j'ai un coup de mou. Le chemin n'est pas si aisé avec des racines, des troncs, une trace approximative. Je serre les dents et arrive tant bien que mal au point culminant de la course au moment même où la première féminine me rejoint.

Coucou

Coucou

2ième effet kiss cool, elle me met un taquet de folie dans les dents. Pourtant, j'arrive bien à relancer, me motivant par une fin de parcours descendante. Je distance 2 acolytes, mais la première fille s'échappe peu à peu. Finalement, la forme revient un peu et je maintiens une bonne allure pour rejoindre le second ravito et refaire le plein du bidon (25,5kms et 1320+ en 2H29').

La dernière côte est bien gérée et j'attaque pied au plancher la descente finale. Il faut dire aussi que dans le coin, les chemins ne sont vraiment pas techniques. Je double quelques concurrents du petit parcours, un petit salut à la famille en arrivant au stade et je finis les 30 derniers mètres avec mon fils. J'en termine donc en 3H15' pour 33kms et 1550+ à la 23ième place. Cette bonne perf me permet de remonter de la 18ième à la 8ème place au challenge.

C'est quand même vallonné dans le coin.

C'est quand même vallonné dans le coin.

Points positifs :

  • Un gros rythme (montée, plat et descente) sur les 2 étapes, la forme était bien là
  • Un parcours peu technique et assez intéressant, avec 95% de chemins
  • Un week-end agréable avec les amis et la famille
J'ai quand même bien transpiré...J'ai quand même bien transpiré...

J'ai quand même bien transpiré...

Points négatifs :

  • Un mauvais réglage de ma frontale qui m'a surement causé mes nausées
  • Un petit coup de mou de 15' le 2ième jour

 

Prochain rendez-vous : le trail du Connex le 25 mai

Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog