France de cross : un tracteur au pays des formules 1

Cette année, à la surprise générale, j'ai l'honneur et la chance de participer aux France de cross. 7ème homme aux inters et qualifié suite à l'absence de Thomas Godfroy dans l'équipe de l'EAG, je me retrouve dans l'équipe du cross long avec : Julien Rancon, Alexis Traub, Laurent Gigante, Pierre Arnould et Benjamin Rouillon. Autant dire de grosses cylindrées !

Du coup, j'ai une approche de l'évènement qui doit ressembler à celle des Jamaïcains se lançant sur la périlleuse piste de Bobsleigh des JO ! Je prends ça avec une grosse envie sans regarder de près qui sera avec moi sur la ligne de départ...

Le France, c'est un évènement à part, dans le bus, on sent une certaine appréhension malgré les discours rassurants et blagueurs des dirigeants pour décontracter tout le monde.

Sur place vers 10h, les vétérans ont juste le temps de s'échauffer sous un soleil magnifique mais avec un mistral glaçant jusqu'aux os les organismes. Le Ventoux domine l'hippodrome au loin très enneigé ( bon courage dans quelques semaines aux traileurs ! )...

Au dessus, le Ventoux en toile de fond et l'immense écran géant qui retransmet les courses ! Dessous l'équipe de cross long ( Benjamin, Pierre, Alexis, Julien et Laurent)

Au dessus, le Ventoux en toile de fond et l'immense écran géant qui retransmet les courses ! Dessous l'équipe de cross long ( Benjamin, Pierre, Alexis, Julien et Laurent)

France de cross :  un tracteur au pays des formules 1

Très vite les courses s'enchainent et déjà nos vétérans de L'EAG tentent de porter haut les couleurs du club. Le parcours est très alternatif…De la boue dans la forêt avec de la flotte jusqu'aux chevilles, les chaussures restent collées et certains vétérans sont obligés d'aller à la pêche pour récupérer leurs pompes !

Mais aussi un billard sur l'Hippodrome avec une pelouse dure et répondant aux appuis. Bref, cela va aller très vite, c'est sûr. Nos échirollois David, Pierrot et le Mich' ne déméritent pas dans ce contexte. Bravo ! Arrivent les courses jeunes et là, je me rends compte de la densité du niveau en admirant la vélocité de ces jeunes à la foulée déjà très olympiques…C'est du haut niveau.

Notre course est la dernière de l'après midi et il faut gérer l'attente et surtout ne pas dépenser tout le jus nécessaire pour faire les 12km du parcours…Un écran géant domine les tribunes où nous sommes et l'on peut admirer calmement les courses.

Il est maintenant l'heure d'aller s'échauffer. L'ambiance est très agréable et on s'encourage mutuellement. Même à ce niveau, l'athlétisme reste un sport individuel qui a l'esprit collectif !

Julien appréhende un peu le départ et Alexis déconne plein gaz avec Laurent et Pierre ! Allez, il faut se placer dans les sas de départ… On se met en fonction de nos places aux inters…10 secondes interminables avant le pétard…

PAN !!!!!!

L'EAG aux avant-postes avec Julien, Laurent et Alexis !
L'EAG aux avant-postes avec Julien, Laurent et Alexis !
L'EAG aux avant-postes avec Julien, Laurent et Alexis !

L'EAG aux avant-postes avec Julien, Laurent et Alexis !

Après un silence de cathédrales, Les 9000 spectateurs présents acclament les gladiateurs qui s'élancent en jouant des coudes, des hanches et surtout en ne laissant pas un millimètre aux voisins…En quelques mètres, je me retrouve dans les 50 derniers mais je fais l'effort pour rester au contact du peloton principal. Premier virage et gros ralentissement ! Incroyable, le peloton est tellement important ( 400 coureurs) que ça bouchonne ! On se pousse, ça accélère, ralentit et tout cela à plus de 17 km/h ! Des mecs tombent d'autres s'énervent…des coudes volent …la course est lancée. Je profite d'une longue ligne droite pour refaire l'effort et passe le premier Kil en 3'18. C'est moins rapide que prévu mais certainement bien mieux pour ma gestion de course...

Effectivement, après 10', les gars qui sont partis trop vite payent leurs erreurs…Je remonte déjà de quelques places…L'arrivée dans la forêt m'est profitable. Les appuis dans la boue et les changements de rythmes sont à mon avantage et je continue mon bonhomme de chemin en doublant...

Par contre, le retour sur le billard herbeux me permet seulement de garder mon classement…cela va très vite…alors que nous courrons déjà depuis un gros quart d'heure !

Niveau sensation, je suis bien entendu dans le rouge mais j'ai l'impression d'avoir une bonne gestion car je continue de doubler sans faire trop d'efforts supplémentaires...

la Vogoy' bave aux lèvres :-)

la Vogoy' bave aux lèvres :-)

A la mi course, j'aperçois Pierre Arnould à 100 m devant. Je suis très surpris car Pierre a le niveau pour être dans le top 100 et il semble en difficulté…Je le rattrape et effectivement, le début de course et la bousculade lui ont provoqué un énorme point de côté et il me dit qu'il n'avance plus…Je l'encourage et lui dit de ne pas abandonner ! Il va s'accrocher toute la course en étant loin de sa place habituelle. Beaucoup auraient abandonnés. Lui non. Bravo Pierre ! T'es un grand champion...

J'entends régulièrement des "Allez grenoble" ou "Allez Damien" qui motivent à 200%. Puis on me dit que je suis le 4ème homme de l'équipe ! Pierre derrière moi, ça voudrait dire qu'il y a eu un abandon et que le classement par équipe va dépendre de ma place si Pierre ne se refait pas la cerise...

C'est grâce à l'équipe que je participe, il est donc hors de question de baisser les bras ! Il faut que je fasse de mon mieux pour elle et surtout pour le classement final ! Il faut savoir que de ce classement dépend le nombre d'athlètes sélectionnés l'an prochain en Rhône Alpes...

France de cross :  un tracteur au pays des formules 1
France de cross :  un tracteur au pays des formules 1 France de cross :  un tracteur au pays des formules 1
France de cross :  un tracteur au pays des formules 1

Je m'arrache encore un peu mais l'avant dernier tour est plus dur …Pierre revient quasiment à mon niveau…J'essaie dans le dernier tour de m'arracher et reprendre des coureurs. Je continue de doubler mais je sais que la dernière ligne droite très longue n'est pas à mon avantage et les fusées vont passer. Alors, je décide de partir de loin, au train plutôt que de sprinter sur les 400 derniers mètres. C'est une bonne tactique car je double encore et sur les derniers mètres, cela ne revient pas trop …Pierre arrive avec moi…Je suis sincèrement désolé pour sa contre performance…Il est déçu…D'autant plus que 3 coureurs terminent dans le TOP 70 ( Julien 38, Alexis 47 et Laurent 61…)

Je suis donc le 4ème homme en 289ème position…Pierre 290 et Benjamin ayant été contraint à l'abandon.

L'équipe se classe 14ème de ces France…où le premier français se classe 6ème…Un classement terriblement difficile à décrypter avec tous les coureurs étrangers venus participer à la course la plus relevée de l'année !

De mon côté, je pense sincèrement avoir fait ma course. Avec mes armes, je pouvais difficilement faire mieux ( peut-être gagner quelques précieuses secondes au départ ? )Je suis donc satisfait, j'ai fait de mon mieux pour l'équipe. Je suis fier et heureux d'avoir partagé avec ces grands champions un moment de grande sportivité et merci à eux pour leur sympathie et leurs encouragements !

Cette course signe la fin de la saison de cross et certainement le début de celle de trail ! Je vais un peu me reposer, faire pas mal de ski et bien penser à mon planning déjà bien ficelé !

Vogoy' is back :-)

Christophe 10/03/2014 15:44

Bravo Damien, énorme perf dans un contexte extrêmement relevé : rien que de lire ton récit j'ai la gorge en feu et les poumons qui brulent ;-)

Damien 04/03/2014 21:41

Merci Manu! Un peu de repos et une bonne motiv pour la suite! A plus

Manu 04/03/2014 16:48

Bien heureux que le plaisir soit revenu et le résultat aussi.
Il faut rester sur la bonne dynamique et enchainer avec sérieux ( pour la cheville ) cette dernière saison "sénior".
Caro doit s'impatienter pour un duo ?
Bravo Damien pour ces "France" et le résultat final.

Le blog de 3D Trail -  Hébergé par Overblog